Le Projet Bradbury : Entretien avec les mânes de Ray

La rédaction - 20.12.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - spiritisme - bradbury - nouvelles


Comme chaque vendredi, Actualitté fait le point sur l'avancée du Projet Bradbury, un marathon d'écriture où Neil Jomunsi écrira 52 nouvelles en 52 semaines. A l'approche des fêtes de Noël, le rythme ne faiblit pas. On imagine l'effet désastreux du champagne et de l'abus de foie gras sur l'esprit d'un auteur, mais rassurez-vous, Neil est végétarien. Quant au champagne, si Amélie Nothomb le fait... 

 

 

 

Vendredi, c'est jour de sortie pour le Projet Bradbury. La semaine a été riche : en raisons des départs à imputer aux fêtes de fin d'année, Neil a dû travailler d'arrache-pied pour maintenir le rythme. Voici donc la 18ème nouvelle du Projet Bradbury, intitulée Esprit Farceur :

 

 

cover

 

Le résumé en quelques lignes :

Écrivain n'est pas un métier de tout repos, surtout lorsque l'inspiration vient à manquer et que votre agent vous gratifie de cette moue dubitative à la lecture de votre dernière tentative de chef-d'oeuvre. Mais Frank n'est pas homme à se laisser démonter et, à l'aide de sa femme Vera, il va aller chercher les idées là où elles se trouvent. Dans un livre, un musée ? Non, dans l'esprit des écrivains défunts, à travers une planche de ouija.

 

Dans un article de blog, Neil explique la façon dont cette idée lui est venu. Comme on peut s'y attendre, dans la fiction s'expriment aussi les rêves de gosse et les souhaits inavouables : 

 

« Qui n'a pas rêvé d'aller demander directement aux fantômes de ses écrivains de référence un petit conseil de narration, un embryon d'idée ? Pour ma part, j'aurais adoré rencontrer Bradbury avant sa mort. Mais puisqu'il n'y a pas le choix, j'ai décidé d'utiliser l'excuse de la fiction pour faire de cette rencontre post mortem une réalité. »

 

Un peu plus loin, on apprend que l'écrivain n'en est pas à son coup d'essai en matière d'expériences bizarroïdes. On comprend un peu mieux les synopsis tordus qu'il offre à son lectorat chaque semaine :

 

« J'ai trouvé que c'était plus amusant de confronter des entités rationnelles à ce phénomène, d'autant que j'ai moi-même assisté depuis à une "vraie" séance qui, je l'avoue, s'est avérée être une expérience étonnante autant que troublante, et une source d'inspiration. »

 

A noter également cette semaine, sur le blog personnel de l'auteur, un long article sur le métier d'écrivain à l'heure du numérique intitulé : L'écrivain est une startup.

 

Esprit farceur est, comme d'habitude, disponible au prix de 0,99€ chez KoboSmashwords, Apple, Amazon et Youscribe. Les lecteurs peuvent aussi s'abonner à l'intégralité des nouvelles pour 40€ et devenir mécène du Projet Bradbury.

 

En passant, n'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir le prochain chapitre de Nemopolis par mail. Le chapitre 6 sera envoyé dimanche matin, avec le résumé des épisodes précédents pour les retardataires. Néanmoins, si le Projet Bradbury continue sans interruption pendant les fêtes, une trêve sera observée jusqu'à début janvier pour Nemopolis.