medias

Le rappeur Ludacris propose un Scrabble de rue, avec l'application Slang N' Friendz

Antoine Oury - 27.01.2017

Lecture numérique - Applications - Ludacris Scrabble - Ludacris app - Slang N' Friendz app


Il est toujours pénible, lorsqu'il ne reste que quelques lettres dans la réglette du Scrabble, de se heurter au manque d'ouverture de ses proches ou du jeu lui-même en matière d'argot ou de langage djeuns. Le rappeur Ludacris a visiblement été confronté au même problème, si bien qu'il a investi dans un Scrabble de rue, Slang N' Friendz.

 

Ludacris @ Music Midtown

Ludacris en 2012 (Mark Runyon, CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

L'application Slang N’ Friendz, disponible gratuitement dans l'App Store et Google Play, a convaincu le rappeur Ludacris, qui s'est associé avec le réalisateur et entrepreneur Edwin Benton pour financer et promouvoir l'application. Le concept derrière l'application est assez simple : il s'agit d'un Scrabble, mais avec des mots d'argot dedans.

 

Le tout est en anglais, évidemment, mais les amateurs de hip-hop devraient pouvoir s'en sortir avec un minimum de difficultés. L'application propose même aux utilisateurs d'ajouter leurs mots d'argot s'ils jugent que ceux-ci manquent à Slang N' Friendz. Ainsi, l'application pourra rester à jour avec un parler qui change de manière très rapide.

 

« J'ai pensé qu'il s'agissait là du partenariat parfait, car le hip-hop est un genre musical connu pour inventer de nouveaux mots, et certains d'entre eux font même leur chemin jusqu'aux dictionnaires, avec des significations doubles ou des choses du genre », a expliqué le rappeur à TechCrunch. Il ne s'agit pas du premier investissement du rappeur dans des applications, puisqu'il avait participé à Roadie, une start-up qui invite les chauffeurs à se changer en livreurs pour déposer des paquets sur leur trajet.

 

Ludacris salue aussi la capacité évolutive de l'application : « Je pense que ne pas limiter les gens à ce qui est établi dans le dictionnaire est une fonctionnalité sympa, qui permet de les rapprocher », ajoute ainsi Christopher Bridges, de son vrai nom.

 

Ci-dessous, un trailer de présentation de l'application, dans sa première version, en 2013.