FeniXX, société chargée de numériser les oeuvres indisponibles

Nicolas Gary - 10.07.2014

Lecture numérique - Usages - oeuvres indisponibles - registre ReLIRE - numériser vendre


Les oeuvres indisponibles vont renaître de leurs cendres, c'est maintenant assuré. Le Cercle de la librairie, société chargée de la numérisation des oeuvres, sous l'égide de Denis Mollat, a finalement trouvé un nom pour la Société de Projet. Jusqu'à lors, celle-ci n'était baptisée que SDP, pas vraiment glamour. Désormais, il faudra l'appeler FeniXX, un jeu de mots que l'on savourera à sa juste valeur. Mais qui risque de faire des cendres...

 

 

 

 

FeniXX sera donc l'outil « ad hoc »pour la numérisation, la diffusion et la distribution des oeuvres dites indisponibles, autrement dit, celles que l'on ne trouve plus en librairie. Cette société commerciale dont 100 % du capital est détenu par Le Cercle de la librairie, sera « entièrement dédiée au projet des livres indisponibles ».

 

Le nom de domaine est d'ores et déjà réservé, il s'agira de Fennixx.fr, qui est pour l'heure en travaux, et a été enregistré le 4 mai dernier. Pour mémoire, la société offrira aux éditeurs :

Proposition d'un contrat d'exploitation (numérisation, de diffusion et de distribution) aux éditeurs d'origine ayant souscrit une licence exclusive avec la SOFIA

Respect de la politique de diffusion de chaque éditeur

Publication du catalogue pour chaque éditeur (rythme, priorités, format cible de numérisation et tarifs - PPHT) en collaboration avec la SDP

Droits d'exploitation reversés par la SDP sur le CA

Fourniture de statistiques de ventes détaillées pour information de l'éditeur et transmission à la SOFIA (calcul et le versement des droits aux auteurs)

Sécurisation des opérations de distribution via la plateforme

 

Et pour les lecteurs : 

Accès au catalogue complet via :
      • Les libraires électroniques
      • Les bibliothèques
      • Présentation sur Gallica


Lecture de l'ensemble des titres du catalogue sur toutes les liseuses et tablettes ainsi que sur les principaux Smartphones (livres disponibles dans les principaux formats du marché)
Disponibilité d'environ 25 000 titres supplémentaires chaque année à partir de 2015
Au total, disponibilité de 200 000 livres numériques en 2022

 

FeniXX, pour des oeuvres qui renaîtront de leurs cendres, voilà qui est évidemment un clin d'oeil plaisant au mythique oiseau. Selon nos confrères de Livres Hebdo, la société, une SAS, dispose d'un capital de 1,6 million €. Elle devrait bénéficier d'un prêt de la part de la Caisse des Dépôts et Consignations, comme cela était prévu. Nous avons cherché à joindre le président du Cercle, Denis Mollat, et espérons qu'il pourra prochainement répondre à nos questions.

 

Ce que nos avisés confrères n'ont en revanche pas eu le temps de remarquer, c'est que FeniXX est le nom d'une autre société, spécialisée dans la promotion de la musique live et la production de vidéo de musique. Leur siège est à Portsmouth, mais ils disposent de filiales à Londres, Paris et en Israël.

 

Un autre acteur du net a pris le pseudo de FeniXX, mais celui-ci va beaucoup moins plaire : il s'agit d'un site ukrainien, spécialisé dans le repack de jeux vidéo. Cette pratique consiste à reconditionner des logiciels, généralement, pour les proposer directement à partir de sites internet, souvent avec un lien de téléchargement torrent. 

 

Autrement dit, FeniXX est un site de piratage, ou de partage de jeux. On y retrouve ainsi les dernières nouveautés. (voir l'illustration en début d'article) Les mauvaises langues qui assimilaient la numérisation patrimoniale, sans l'accord préalable des auteurs, à du piratage, y verront un signe.

 

Mais tout porte à croire que c'est plutôt à l'oiseau originaire d'Ethiopie, doté du don de résurrection, et que l'on associait au culte du soleil en Égypte, que la filiale du Cercle fait allusion.