Le réseau de lecteurs Shelfari fermera en mars : Amazon préfère Goodreads

Clément Solym - 20.01.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Shaelfari Amazon - réseau social


Après le rachat de l’énorme réseau de lecteurs Goodreads, Amazon n’avait certainement plus grand intérêt à conserver trop longtemps Shelfari. Acquis en août 2008, cet autre réseau fut, un temps, le principal concurrent de LibraryThing, outil plutôt complet et doté d’une communauté active. Shelfari permettait à des groupes de personnes de gérer des bibliothèques virtuelles et de partager leurs titres avec des amis. Enfin, permetta pour quelques semaines encore...

 

 

 

En mars 2013, l’achat de Goodreads procurait à Amazon un sérieux avantage. On se demandait même, avec la communauté de Goodreads et le pouvoir d’Amazon, qui vendrait encore des livres sur la toile. Il semble bien que ce rachat n’ait pas trop tourmenté la concurrence, en tout cas pas dans les proportions alors redoutées. C’est qu’à l’époque, Goodreads revendiquait 16 millions de membres tout de même, contre 40 millions en septembre 2015. On attend avec ferveur les dernières données. 

 

Pour ce qui est de Shelfari, laissé loin derrière et en dépit des intégrations tentées, le soufflé est plus que retombé. Les investissements de la maison mère ont peut-être manqué, d’ailleurs. Amazon avait tenté de jeter des ponts – avec, notamment, les passages les plus surlignés depuis les Kindle, reproduits sur la plateforme.

 

C’est plutôt le Kindle qui en a profité, notamment avec le système X-ray : « D’un seul geste, le lecteur peut voir tous les passages d’un livre mentionnant une idée particulière, des personnages, des personnalités, des lieux ou des sujets qui les intéressent, mais aussi des informations détaillées depuis Wikipedia ou Shelfari, la communauté en ligne d’Amazon pour les amateurs de livres. »

 

FUUUUUUUSION ! 

 

L’information de cette fermeture ne semble pas encore confirmée, mais The Reader’s Room semble l’avoir su officiellement. La conclusion serait d’ailleurs logique : « Shelfari fusionne avec  Goodreads. » Mais clairement, cela ressemblerait à une fin de partie pour un outil qui, de toute manière, n’avait plus d’actualité vivace depuis des lustres. Et bien des lustres.

 

Pourtant, l’utilisatrice affirme que Goodreads n’aurait pas les mêmes avantages en matière d’échanges entre utilisateurs que Shelfari. 

 

Reste qu’il faut être acharné pour trouver la mention, qui existe pourtant bien : Amazon invite ainsi les utilisateurs de Shelfari à migrer vers Goodreads. Et d’expliquer qu’au cours des dernières années, le soutien accordé aux deux communautés a conduit à la conclusion qu’un tien vaut mieux que deux concurrents. « Nous prévoyons d’achever la transition de la communauté Shelfari sur GoodReads au 16 mars 2016. »

 

Sauf que les différents liens ne renvoient vers aucune page, au mieux un grand vide bien blanc, qui laissera l’utilisateur un peu désemparé. 

 

« Les deux services partagent la même mission : aider les lecteurs à trouver de nouveaux livres, et partages leurs lectures. Il est donc logique de les fusionner et de créer une expérience formidable pour les lecteurs sur une seule plateforme, Goodreads. »

 

Accessoirement, de conserver la plateforme la plus puissante des deux, cela va presque sans dire...