Walrus : Imprimer des extraits de pulps, pour fuir la déprime

Nicolas Gary - 04.06.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - impression demande - studio walrus - collection pulps


Le studio Walrus a dernièrement fait peau neuve – dans le monde de l’édition, on s’étonnait que ce soit le premier morse à avoir réalisé une mue... Et pour accompagner cette nouvelle identité graphique, l’éditeur Julien Simon inaugure une collection de pulps. Un genre littéraire dans lequel la maison s’illustre plutôt très bien.

 

mortal derby X roch studio walrus

 

 

Le livre de Michael Roch, Mortal DerbyX, est le premier à sortir, « et d’ici à l’été, nous avons une demi-douzaine de textes qui viendront ». Pour les amateurs, le livre de Michael Roch sortira sous licence Creative Commons, NC SA (pas d’usage commercial, partage à l’identique) et le suivant, intitulé Zombie kebab, sera en NC ND (pas d’usage commercial et pas d’œuvre dérivée). « Comme quoi, c’est possible », remarque Julien Simon – un clin d’œil que l’on appréciera à sa juste valeur. 

 

Cette collection amorce également un virage avec l’arrivée de l’impression à la demande pour les titres. « Nous allons nous focaliser sur les séries, et cette collection pulp aura une charte éditoriale et une ligne graphique forte, comme celle de la couverture de Mortal DerbyX. » Des textes puissants, capables d’accrocher les lecteurs immédiatement, « nous cherchons les étincelles, avant tout ». 

 

Pour preuve, l’idée originale d’un format pliable, qui accompagne l’incursion dans le monde de la PoD. « Nous allons expérimenter avec CreateSpace, parce que l’offre d’Amazon est la meilleure, d’un point de vue tarifaire. Et si le succès... pardon : Comme le succès viendra, nous chercherons peut-être d’autres partenaires. »

 

 

Oui, mais ce format pliable alors ? « Nous cherchions un moyen pour impliquer les lecteurs : si l’on considère la diffusion d’extraits en EPUB ou MOBI, le chapitre offert risque de finir au fond d’un smartphone ou d’un disque dur, sans jamais être lu. L’idée de l’impression, c’est un côté découpage ludique, qui nécessite de faire un effort, sinon le texte est illisible. Et puis, cela rappelle les loisirs créatifs, un peu art plastique... »

 

Sans perdre de vue que ces deux feuilles A4 imprimées peuvent ensuite servir de mini-flyer pour promouvoir la commercialisation. « On pense à en abandonner dans les bars, ou dans les lieux publics. C’est facile, avec une dimension inédite et amusante. »

 

On se prendra au jeu en téléchargement les planches depuis cette adresse. Le mode d'emploi est ci-dessous :