Lecteurs ebook en Russie, alternative bon marché aux tablettes

Clément Solym - 17.02.2012

Lecture numérique - Lecteur eBook - Russie - lecture numérique - marché


En 2011, les ventes de lecteurs ebook dans les plus grosses chaînes de distribution russes ont augmenté de 7 à 13 fois. La baisse des prix, l'accroissement des fonctions et l'apparition d'écran TFT couleur ont fait des lecteur ebooks une alternative bon marché aux tablettes, rapporte le journal russe Vedmosti.

 

À la fin 2011, Sony est officiellement arrivé sur le marché russe des lecteurs ebook. Son modèle PRS-T1, avec son écran monochrome de 6 pouces (pour les écrans de ce type, on utilise la technologie de l'encre électronique, E-Ink) avec le renfort d'une fonction MP3 et d'une mémoire qu'on peut augmenter à l'aide d'une carte microSD, coûte environ 8 000 roubles. Sony est la première marque mondiale multimédia à apparaître dans l'assortiment russe des lecteur ebooks, de plus son démarrage en Russie s'est effectué dans le contexte où la croissance du marché des livres numériques est en forte augmentation.

 

Chez M.Vidéo les ventes de lecteurs ebook ont été multipliées par 7 en 2011 par rapport à l'année précédente : de 20 000 à 140 000 exemplaires, raconte le représentant du distributeur Andreï Pantéléev. Chez Evrossiet, les ventes de ces appareils ont cru en quantité de presque 14,6 fois et en valeur de plus de 7 fois dit la directrice de la communication Ouliana Smolskaya. Et chez Sviaznoï, les ventes de lecteurs ebooks ont crû en 2011 de près de 13 fois en quantité, a raconté la représentante de cette chaîne Eléna Nogotkova. En tout sur l'année dernière les Russes ont acheté, d'après les évaluations d'Evrossiet, 850 000 lecteur ebooks et en 2012 les ventes peuvent atteindre 1,5 million.




Les distributeurs expliquent la croissance très forte de la popularité des lecteur ebooks pour beaucoup par la baisse du prix  de ces équipements. Par exemple, chez M.Vidéo le prix moyen des lecteurs ebook a diminué de plus de 58 %, chez Svyaznoï de 52% et chez Evrossiet de moitié.

 

Le second facteur contribuant à la popularité des lecteurs ebooks est l'apparition d'appareils avec des écrans TFT couleur se distinguant avantageusement des écrans E-Ink économes en énergie,  mais d'un ennuyeux noir et blanc. Environ 75 % du total des ventes de lecteurs ebooks se font avec des appareils avec écrans TFT chez M.Vidéo, raconte Smolskaya. Dans les nouveaux modèles, ces appareils possèdent de larges possibilités multimédias : un module WiFi pour l'accès à internet, l'accès aux réseaux sociaux, le système d'exploitation Android, etc., remarque-t-elle. Déjà maintenant de nombreux lecteurs ebooks ne cèdent en rien aux caractéristiques techniques des tablettes, considère Smolskaya.


En fait, la majorité des modèles populaires de lecteur ebooks est pour l'instant identique pour les fonctions et les modèles différent seulement par la diagonale de l'écran et la durée de l'autonomie de la batterie, remarque Pantéléev. Mais les principaux acteurs du marché des lecteurs ebooks développent activement les fonctions des tablettes, ainsi les lecteur ebooks deviennent progressivement semblables à des analogues bon marché de l'iPad d'Apple, rajoute-t-il.

 

Les sœurs cadettes des tablettes


Sur le segment semi-légal du marché russe, on peut trouver les lecteur ebooks des principales marques mondiales : Amazon (le modèle Kindle 4, coûtant aux États-Unis 80 dollars, est vendu par les revendeurs à la sauvette pour 5 000 roubles), Barnes & Noble (7 000 roubles contre 100 dollars aux E.U.) et d'autres. Mais ce sont les marques créées en Russie et dans la CEI qui sont les plus populaires. D'après Smartmarketing, au premier semestre 2011 la marque d'appareils la plus vendue en Russie était Pocketbook d'origine ukrainienne (42,5 % des ventes). À la deuxième et à la troisième place se trouvaient les marques russes Wexler et Onyx (respectivement 10,1 et 5,2 %). Par ailleurs, en dépit d'une importation semi-légale, Sony au premier semestre occupait 4,8 % du marché et se trouvait à la quatrième place.


D'après Smartmarketing, le lecteur ebook le plus vendu en Russie en 2011 était le Pocketbook Pro 602 et sa version améliorée Pro 612 (Pocketbook évalue lui-même les ventes annuelles de ce modèle à 170 000 appareils). Il est doté d'un écran E-Ink standard de 6 pouces, a une mémoire de 2 Giga, lit la majorité des formats de livres électroniques et le MP3. Le lecteur ebook peut même lire à voix haute un texte en quatre langues [fonctionnalité dite Text to Speech, NdR]. La spécificité caractéristique de la Pro 602/612 est la coque  en alliage d'aluminium et de magnésium ce qui lui donne une grande solidité par rapport à des lecteur ebooks analogues.

 

Chez Evrossiet, les lecteur ebooks les plus vendus en 2011 ont été la Wexler Book T7001, la Texet TB-750HD, la Texet TB-710HD et le Pocketbook 360, raconte Smolskaya. Tous ces modèles réunissent un rapport équilibré entre le prix et les caractéristiques techniques, parmi lesquelles la compatibilité aux formats des livres les plus répandus et la possibilité de regarder des photos, dit-elle. Si le Pocketbook 360, en dépit de son design inhabituel, est par essence un lecteur ebook standard avec un écran 5 pouces E-Ink, alors la Wexler et les deux modèles Texet peuvent se définir comme les sœurs cadettes des tablettes. Ces trois appareils sont équipés d'un écran couleur permettant de regarder des vidéos, y compris en résolution HD et d'écouter de la musique. Dans le Texet TB-710HD sont préinstallés

 quelques jeux et il y a même un tuner (récepteur) télé.


Sur le marché apparaissent déjà des modèles qu'il est difficile de rattacher uniquement soit aux lecteur ebooks, soit aux tablettes. Par exemple, le Luna RMT-705A possède un module WiFi intégré et fonctionne sous Android ce qui lui permet d'utiliser internet et de télécharger des applications supplémentaires. Bien entendu, cet appareil permet de lire des livres ainsi que de regarder des photos et des vidéos sur un écran TFT 7 pouces et d'écouter de la musique. Chez Svyaznoï, cet appareil est vendu 4490 roubles, raconte Nogotkova.

 

Un modèle analogue est le Pocketbook A10 : il est équipé d'un écran 10 pouces et d'un processeur cadencé à un giga Hertz (ces caractéristiques sont pratiquement les mêmes pour l'iPad). Cet appareil comprend une connexion WiFi, Bluetooth et même une caméra vidéo intégrée pour le tchat vidéo. Il est vrai que le prix du Pocketbook A10 est semblable à celui d'une tablette : en moyenne 11 000 roubles.

 

L'appareil Plastic Logic 100 est à part parmi les lecteur ebooks. Rosnano, actionnaire de la société britannique Plastic Logic, a déclaré en août 2011 avoir des projets pour en livrer dans les écoles russes. Le correspondant de Védomosti n'a pas réussi à trouver en vente cette lecteur ebook, mais son prix approximatif est déjà connu : 12 000 roubles. La particularité de cette lecteur ebook est son écran de 10,7 pouces en plastique (et non en verre comme pour les autres appareils), qui ne craint pas les chutes et les coups. La seconde spécificité du Plastic Logic 100 est l'impossibilité de télécharger du contenu de son propre chef. On prévoit qu'on ne pourra utiliser sur celui-ci que des manuels électroniques préinstallés.

 

 Traduction Guilhem Mestre