Lire sur tablette avant de se coucher nuit à la qualité du sommeil

Nicolas Gary - 23.12.2014

Lecture numérique - Tablettes - sommeil enfants lecture - chevet parents - dormir mélatonine


Si l'envie de bouquiner vient souvent juste avant de s'endormir, les scientifiques nous alertent charitablement qu'il est préférable de prendre un livre papier qu'une tablette. Une nouvelle étude confirme les premiers résultats d'août 2012, et l'influence de la luminosité des écrans, sur le sommeil. L'étude monde que les gens qui ont lu quatre heures avant d'aller se coucher, sur un appareil numérique, ont un sommeil moins réparateur, que ceux qui lisent des livres imprimés.

 

 

Facebooking

Zhao !, CC BY 2.0

 

 

Anne-Marie Chang, de l'hôpital Brigham and Women de Boston, assure : « Nous avons constaté que les rythmes circadiens naturels ont été interrompus par la lumière à courte longueur d'onde, autrement connue comme lumière bleue, émanant de ces appareils. » Et l'on comprend bien qu'elle évoque alors les tablettes, et probablement pas les lecteurs ebook, à écran noir et blanc. 

 

C'est que la qualité du sommeil est déjà en train de se dégrader depuis une cinquantaine d'années, et cette nouvelle étude ne fait donc que confirmer les craintes de précédentes. Elle s'est appuyée sur l'analyse comportementale de 12 jeunes d'une vingtaine d'années, devenus rats de laboratoire durant 14 jours. Chacun a lu sur une tablette, près de quatre heures avant d'aller se coucher, et cinq soir de suite. Puis, en seconde semaine, même rituel avec un livre papier. 

 

Le Dr Chang et ses collègues ont alors effectué des prélévements sanguins, et surveillé le rythme de sommeil de chacun des étudiants, tout en les sollicitant le lendemain matin. Mais le verdict est tombé et bon sang ne saurait mentir : lorsqu'ils lisent sur une tablette, les étudiants ont vu leur taux de mélatonine être 55 % inférieur à celui qu'ils avaient en lisant un ouvrage papier. 

 

Ils ont d'eux-mêmes assuré qu'il somnolaient plus le matin, ce qui confirme les résultats observés : ils mettent en moyenne 10 minutes de plus à s'endormir, après une lecture sur tablette, et passent moins de temps en sommeil paradoxal, celui qui est pourtant primordial pour le repos. 

 

La précédente étude sur le sujet avait été menée par le Rensselaer Polytechnic Institute's Lighting Research Center. Elle montrait que des personnes jouant à des jeux vidéo sur des tablettes, voyaient leur sommeil affecté, et notamment leur quantité de mélatonine. La mélatonine, ou hormone du sommeil, régule les rythmes chronobiologiques. Elle provient des sécrétions de la glande pinéale, située dans le cerveau, et qui réagit à l'absence de lumière. La confrontation à un écran de tablette perturbe donc la sécrétion de l'hormone, comme tend à le démontrer l'étude, et menace ainsi les heures que l'on compte passer dans les bras de Morphée.

 

Quant à a lumière bleue, c'est cette nocivité que dégage les écrans, LED notamment, et venant des smartphones, ordinateurs, etc. Elle touche tout particulièrement le cristallin et la rétine, et peut être à l'origine de différents troubles de la vue. Son influence est cependant controversée au sein de la communauté médicale et scientifique. Il faut en effet rappeler que le clignement des paupières, qui empêcher à l'œil de s'assécher, peut expliquer le piquotement ressenti. 

 

Reste que pour l'équipe de Anne-Marie Chang, la lumière bleue est bel et bien mise en cause. « Depuis que de plus en plus de gens adoptent des appareils électroniques, pour la lecture, la communication et leur divertissement, et tout particulièrement les enfants et les adolescents qui perdent déjà beaucoup de qualité de sommeil, il devient véritablement urgent de disposer de recherches épidémologiques pour évaluer sur le long terme les conséquences de ces appareils sur la santé. » (via Daily RX)