Lectures brèves et série : Rocambole, le “Netflix du livre”

Nicolas Gary - 28.08.2019

Lecture numérique - Applications - rocambole application lecture - chronolecture transports - récits fragmentés


D’ici une petite semaine, une nouvelle application de lecture fera son apparition dans l’App Store : Rocambole. Au croisement de la chronolecture et du feuilleton, elle proposera, sur un modèle d’abonnement, de courts épisodes — 3 à 5 minutes de lecture — à suivre comme une véritable série. Camille Pichon, la cofondatrice, nous en raconte l’aventure.


 

Au départ, deux étudiants : Camille Pichon, sortie du Master d’édition numérique de l’Enssib, et François Delporte, venu de l’école de commerce de Lyon. Et une envie commune : publier des textes dans un format qui prennent en compte les habitudes de consommation. L’équipe s’étoffe rapidement avec Boris Duda, spécialisé en marketing, et cherche en parallèle un développeur. Ce sera Quentin Rouhault, rapidement associé à l’aventure.
 

Partir de l'alpha... vers l'omega 


La société bénéficie du l’incubateur du ministère de la Culture, FMR, et à partir de décembre 2018, jusqu’en mars de l’année suivante, lance une version alpha. « C’était… très expérimental », se souvient Camille Pichon. « Nous proposions des épisodes de 3 à 5 minutes, dans un espace qui cherchait surtout à éprouver le principe. »

Cette première mouture fermera : « Le contenu n’était pas assez bon, j’étais seule à travailler sur la partie édition. » La rencontre avec Julien Simon, cofondateur du Studio Walrus, maison d’édition numérique, changera la donne. « Il nous a apporté une solide connaissance de l’édition numérique, et plus encore du développement de notre ligne éditoriale. »

Soutenue par le Réseau Entreprendre et Initiative France, Rocambole avait monté un financement participatif en octobre 2018. Avec 10.000 € en poche, la version alpha pouvait voir le jour — mais également de mettre au point l’application, à ce jour en attente de validation chez Apple. Un apport de la BPI permet également de prendre le relais financièrement, et de développer plus largement le catalogue.
 

Consolider une ligne éditoriale 


« Notre pari est celui de la monétisation immédiate, avec une offre à 4,99 € et un prix d’appel pour le lancement de 2 €, qui compense le catalogue réduit que nous présentons », continue Camille Pinchon. Huit titres seront disponibles, avec l’arrivée de nouvelles séries chaque semaine : « Nous avons 46 titres sérialisés dans les tuyaux, et sommes en train de recruter de nouveaux auteurs. »

Sur ce volet, Julien Simon a pris les choses en main : « Quand je rencontre Rocambole, ils ont dans l’idée une forme de Wattpad très ouvert. Un outil d’écriture, dont le modèle est désormais très répandu, donc très concurrentiel. » De ce constat découle rapidement l’idée d’une approche plus éditorialisée, avec une dimension premium : « Personne ne paierait pour un Wattpad-like, où l’on trouve tout, et n’importe quoi, sans garantie de qualité », pointe-t-il.

« Se présenter comme un “Netflix du livre” n’était en effet pas dans notre ADN, même s’il y avait une inspiration. On le dit aujourd’hui pour que les publics non littéraires saisissent immédiatement notre projet. Mais il faut justement trouver un pool d’auteurs en mesure de rédiger ces œuvres », reprend Camille Pichon.
 

Contrat d'édition et agence littéraire


Dès sa genèse, Rocambole sait que la rémunération apportée sera essentielle : passant d’un modèle économique à la page vue, à une solution de contrat d’édition plus traditionnel, l’entreprise verse désormais un à-valoir ainsi que 10 % de droits d’auteurs. « Avec le temps, nous espérons faire augmenter ce montant », glisse Camille Pichon.


 
Les auteurs cèdent leurs droits pour une période de deux ans, libres passé ce délai de repartir, ou même de signer un contrat d’édition durant la période. « Notre autre casquette — celle qu’on mettra un peu plus tard — consiste aussi à proposer un accompagnement, à la manière d’agents littéraires. » Mettre en relation les écrivains avec un producteur ou un éditeur, en somme. 

Et étrangement, c’est avec le secteur audiovisuel que les relations sont les meilleures. « Rocambole partage plus avec le monde de l’écran et des séries qu’avec celui du livre papier, peut-être. Reste à faire nos preuves », plaisante la cofondatrice.

« Nous offrons liberté et souplesse, pour pallier le manque de moyens : si les sommes que nous reversons ne sont pas encore importantes, nous souhaitons évidemment faire mieux. » Après le lancement de l’application, la perspective est de gagner 1000 abonnés, pour déclencher une levée de fonds — et améliorer à tous niveaux l’offre pour les lecteurs et la rémunération pour les auteurs.
 

Vers la narrative non fiction et au-delà


Justement, côté éditorial, Julien Simon insiste : « Nous sommes ouverts à tous les genres, sans limitation. Tout repose sur le principe du format, court et fragmenté. » Pour ce faire, il travaille avec des coachs littéraires, qui reprennent les récits avec les auteurs, tandis que lui cherche de nouvelles plumes. « J’ai récemment fait un tour sur Wattpad, justement : c’est merveilleux tout ce que l’on y trouve. Mais il y aurait tellement de boulot d’édition à fournir… »

Parmi les genres encore à défricher, celui de la narrative non-fiction. « Ces livres auront de belles années devant eux, bien que difficiles à mettre en place éditorialement : le principe de la série, c’est le suspens, l’attente et l’attention maintenue », poursuit le responsable éditorial.

Partant d’une stratégie marketing simple et globale — Facebook Ads, publicité Snapchat, Instagram et Twitter, avec « un excellent taux de conversion », Rocambole n’attend donc plus que son application. Et pour l’avenir, songe déjà à produire des études sur les comportements de lecture, en produisant ses propres enquêtes. « Nous collaborons aussi avec un designer, un anthropologue et un spécialiste du marketing, pour innover encore dans les processus de lecture. Nous devons préserver une approche novatrice constante, conscients que parfois… ça plante. »

En attendant, les premiers épisodes des huit ouvrages sont offerts sur leur site


mise à jour 26 septembre : 

Nous y voici : après des semaines d'attente, l'application est enfin disponible sur l'AppStore à cette adresse. Pour les 1000 premiers abonnés, une offre de découverte à 1,99 € au lieu de 4,99 €/mois est proposée : chance, le prix n’évoluera pas pour celles et ceux qui souscriront tout de suite. Il s’agit là d’une offre permettant de tout lire en illimité.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.