Les abonnés à la lecture illimité continuent d'acheter des livres

Julien Helmlinger - 28.01.2015

Lecture numérique - Usages - Amazon - Nielsen - Kindle Unlimited


Au cours du mois de juillet dernier, Amazon lançait officiellement son service de lecture illimitée par abonnement, Kindle Unlimited, aux États-Unis. Une offre présentant un avantage certain pour les grands dévoreurs de livres, qui y auront peut-être trouvé un moyen de réduire leur budget livresque mensuel, mais certainement de moindre attrait pour ceux qui lisent peu. Si la firme de Bezos communique peu ses chiffres, le rapport Nielsen Books & Consumers Market Research apporte un éclairage avec quelques statistiques.

 

Répartition homme/femme des abonnés

 

 

En France, notamment, on a vu certains auteurs et maisons d'édition sérieusement hésiter à l'idée de franchir le pas et de rejoindre le catalogue Kindle Unllimited, au moment du lancement du service. Le système de consommation à volonté proposé par Amazon leur laisse craindre non seulement une baisse des ventes, mais également une dévalorisation du prix des livres en général.

 

Selon le sondage mené par Nielsen sur un panel censé représenter le Royaume-Uni et les États-Unis, les abonnés de services tels que Scribd, Oyster, ou encore Kindle Unlimited, dépenseraient finalement plus d'argent sur le marché du livre que ne le feraient les non abonnés. En moyenne, par mois, les premiers ont consacré environ 58 $, contre 34 $ seulement pour les non-abonnés.

 

La catégorie d'âge la plus friande de l'offre contre souscription concernerait les 30 à 44 ans, juste devant les 18 à 29 ans, les hommes représentant 59 % du total des abonnés recensés. Globalement, 4 % des sondés seulement ont souscrit à une offre de lecture contre abonnement, bien que le chiffre se hisserait à 10 % si l'on tenait compte des membres Amazon Premium. 

 

D'après l'enquête, les abonnés seraient même prêts à payer davantage que les 9 ou 10 $ mensuels pour bénéficier de leur abonnement. En moyenne, les hommes seraient prêts à payer 17 $, tandis que les femmes un peu moins, soit 14 $.

 

En regard de ces chiffres, l'on peut effectivement se poser une question en tant qu'éditeur ou auteur. Si les abonnés achètent autant de livres aujourd'hui, est-ce justement parce que les grandes maisons d'édition ne sont pas encore pleinement intégrées au catalogue Unlimited ?

 

 

 

 

 

Par ailleurs, une autre enquête toute fraîche, menée par Consumer Intelligence Research Partners, indique que les clients Amazon Premium dépenseraient beaucoup plus d'argent chez le détaillant, en comparaison des clients lambda. D'après ce sondage, les premiers ont déboursé 1500 $ en moyenne annuelle, contre seulement 625 $ en ce qui concerne les non-membres.

 

Selon l'analyste Michael Levin, de CIRP, cette nette différence serait notamment due au fait que le programme de fidélisation joue pleinement son rôle : à savoir que les membres Premium auraient l'habitude de consulter le site web d'Amazon en priorité, avant de songer à toute autre boutique.

 

Cette enquête s'est basée sur un sondage en ligne de quelque 500 consommateurs ayant acheté chez Amazon entre octobre et décembre 2014.