medias

Les algorithmes sommés de diffuser des informations positives

Nicolas Gary - 24.12.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - Chine algorithmes message - informations positives - propagande messages Chine


La Chine n’exerce plus son influence, et sa censure, sur les seuls êtres humains : elle cherche désormais à contrôler les algorithmes. Les dernières dispositions à appliquer dans le pays recommandent en effet de déployer des calculs favorisant les « contenus positifs ». Comprendre : ce qui est conforme à la doxa du Parti, camarade


 

Les androïdes ne rêveront plus même de moutons électriques, si ces derniers n’ont pas leur carte du parti : l’administration du cyberespace de Chine a publié une série de règles édictant les nouvelles consignes en vigueur. À 10 jours du Nouvel An, on croirait à de bonnes résolutions. Mais voilà : la nouvelle année chinoise n’interviendra que le 25 janvier 2020.

Le Bureau entend en effet instaurer « une bonne écologie du réseau, protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens, des personnes morales et autres organisations, tout en garantissant la sécurité nationale et les intérêts publics ». 

Plus concrètement encore, les algorithmes sont encouragés à diffuser tout ce qui promeut la pensée de Xi Jinping et le socialisme dans son ensemble – en tout cas, la vision socialiste du dirigeant. Ils auront à cœur, même en binaire, de faire valoir la culture morale exceptionnelle du pays – en fuyant tout ce qui relèverait du battage médiatique et autres scandales. 

Autrement dit, sur une plateforme de diffusion de textes de fiction, non-fiction ou essais, tout ce qui ne serait pas directement des informations ou écrits positifs serait à bannir, considéré comme des fake news. Voire des infos illégales.
 
Seul point intéressant, dans ce tsunami de cybercontrôle, les utilisateurs des services sont enjoints à se servir d’internet « de manière civilisée et saine ». Ce qui impliquerait, en cas de véritable respect de la consigne, la fin annoncée de tout réseau social. 
 

La bataille de la diffusion sur internet


Toutes les structures web travaillant avec des algorithmes — moteur de recherche en tête de liste — sont donc priées de ne véhiculer que des idées positives. La mesure interdit explicitement tout ce qui serait mauvais : mise en danger de la sécurité nationale, divulgation de secrets d’État, tentatives de subvertir le pouvoir ou de saper l’unité nationale.

Qu’on se rassure : les sociétés internet auront jusqu’au 1er mars pour appliquer les nouvelles règles, mais le Parti communiste ne s’arrête pas en si bon chemin. Un volet tout particulier concerne la modération et la gestion des comptes, susceptibles de véhiculer des rumeurs. Dissidents, merci de vous abstenir de ternir l’image du Parti.

Il est fantastique d’imaginer que, enfin, les algorithmes ne servent plus simplement des intérêts commerciaux d’entreprises privées. La Chine envisage bel et bien que les calculs produisant les résultats de recherche doivent se mettre au service du régime et de sa propagande...

On pourra s’amuser à parcourir les éléments à cette adresse (Google translate).


Commentaires
On y est. La Chine nous sert de repoussoir mais que font nos propres "gouvernements" ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.