Les applications ebookstores condamnées à court terme

Clément Solym - 22.02.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - applications - apple - ebookstore


La réforme des applications pour iOS va faire des morts. Ou nécessiter une adaptation très, très rapide. Et quasi impensable. Si elle pose déjà problème aux développeurs indépendants, qui ne s'aventurent plus qu'à reculons dans la création de leur appli, les plus gros vont rencontrer un gros souci. (notre actualitté)

Un développeur ayant planché pour la société Kobo vient de mettre le feu aux poudres. Et gare aux dommages collatéraux. Selon la justesse de ses informations, les plus gros ebookstores passant par les applications iOS seront impactés. En somme, Amazon, Barnes & Noble et Kobo.

3500 ouvrages maximum

En effet, l'API d'Apple, In-App permettant l'achat ponctionné de 30 % directement dans l'application, n'est en mesure de gérer que 3000 à 3500 références. Bon, chez la plupart des gros, on compte un très grand stock d'oeuvres libres de droit et gratuitement téléchargeables. Chez Kobo, par exemple, on en dénombre 1,8 million. (voir le blog de Quatermain)

Ce qui fait que 700.000 titres restent, qui sont vendus, sous droit... et ne pourront jamais être gérés par le système In-App. Des ebookstores qui ne proposeraient qu'une liste aussi limitée de titres n'auraient pas grande valeur.

The Digital Reader assure avoir reçu la confirmation de ce chiffre de 3000 titres, alors qu'en est-il pour les différents marchands qui ont tablé sur une appli pour conquérir les ardoise et téléphone intelligent d'Apple ?

Les changements de politiques erratiques d'Apple ne suffiront pas à provoquer un boycott de la part des acteurs, trop dépendants de ce que les produits font vendre. Et il est bien plus probable que tout le monde s'adaptera à la nouvelle norme. Tout le monde ?

Eh bien ce serait oublier des TXTR ou des Bluefire, qui n'ont pas les moyens, parce que trop petits, de redévelopper un produit qui s'alignerait sur les nouvelles conditions d'Apple. Même le son de cloche sera le même pour Amazon et consorts, puisque leur application sera purement et simplement supprimée en juin, la date limite de modification. À moins que les acteurs ne se résignent à une application qui ne contient que 3000 titres...

Tout cela sans compter que Kobo, Amazon ou Barnes & Noble ne sont que des vendeurs et pas des éditeurs, qui ont développé une application pour ajouter un canal de vente directement - justement pour permettre de commercialiser au mieux le livre numérique.