Les applications, un marché gigantesque à saisir

Clément Solym - 26.01.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - applications - marché - argent


Le devenir des appareils mobiles est à l'application. De toute manière, comme le promettait Apple, il y a forcément une application pour ce que vous voulez. Et si ce n'est pas encore le cas, il y en aura prochainement une.

Le cabinet Gartner vient de dévoiler une enquête montrant que pour 2011, le marché pèsera 15 milliards $, ce qui représenterait 17,7 milliards d'applications téléchargées. Et en 2014, on aboutirait à 58 milliards $. Apple vient tout récemment de dépasser la barre des 10 milliards d'applications, chose qui ne manque évidemment pas d'encourager tout un chacun à croire en la réussite de ce pan technologique. (notre actualitté)

Avec des offres de plus plus nombreuses de livres numériques enrichis, ou encore de livres vidéo, comme les Vooks, voire d'application pour lire des ebooks ou partager ses lectures, le marché du livre profitera immanquablement de ces bonnes perspectives. Et probablement plus encore pour le secteur de la bande dessinée, qui clairement avance très vite sur le secteur.

Pour cette année 2010, 81 % des téléchargements concerneraient des applis gratuites. À ce titre, n'hésitez pas à télécharger l'application gratuite, justement, de ActuaLitté, pour retrouver l'intégralité de nos informations sur iPhone et iPad.

« Nous sommes convaincus qu'il existe une très grosse opportunité pour les portails d'applications dans les prochaines années. Mais les applications doivent gagner en maturité et offrir une meilleure expérience que les Web apps. Les applications natives ne survivront aux améliorations du Web que si elles peuvent offrir une expérience plus riche et personnelle que l'expérience édulcorée des Web Apps », explique Stephanie Baghdassarian, analyste Gartner.(via Génération NT)

L'iPad n'y est pas pour rien

Chaque jour, justement, 600 nouvelles applications sont publiées sur l'AppStore, précisait une étude de novembre 2010. À cette époque, la boutique d'Apple disposait de plus de 40.000 livres numériques.

« L'arrivée de l'iPad a encore renforcé l'intérêt des grands médias, notamment de la presse quotidienne pour laquelle l'iPhone représente déjà 10 à 15 % de l'audience digitale. L'iPad, a d'ailleurs réellement modifié la conception des applications. Dans le domaine de la presse, le format utilisé n'est ni celui de l'iPhone, ni celui du Web : il a donné naissance à un modèle hybride proche d'une version papier interactive. Dans le divertissement, on se rapproche davantage de la console de contrôle ou de jeu », analysait Renaud Ménérat. (notre actualitté)

Et de conclure : « Derrière cela, se dégage également un nouvel usage expliquant la sur-représentation des applications comme les livres numériques, l'enseignement et la productivité, l'actualité et les jeux. »