Les Chinois, adeptes de la lecture sur téléphone

Clément Solym - 28.11.2012

Lecture numérique - Usages - Chine - Smartphone - livre numérique


La Chine serait-elle le précurseur en matière d'évolution des habitudes de lecture ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'édition et la lecture se portent bien : la Chine est maintenant le premier marché mondial pour le livre, pas étonnant pour un pays de 1,4 milliard d'habitants. Le temps où le petit livre rouge était l'un des rares livres disponibles est loin, très loin.

 

 

 

voyage en chine_-39

jagraph, CC BY-NC-SA 2.0

 

 

Cette évolution peut être mise sur le compte de l'évolution de la société chinoise. Certes, le Parti Communiste est toujours bien en place au sommet de l'Etat et à la tête de toutes les institutions. Cela n'a pas empêché, comme on le sait, le développement de catégories favorisées au sein de la population. La naissance, puis l'extension d'une classe moyenne semblent être à l'origine de cette impressionnante expansion du marché du livre.

 

Autre aspect à prendre en compte, lui aussi lié au pouvoir d'achat de cette catégorie sociale encore relativement récente en Chine : l'accès aux dernières technologies s'est considérablement amélioré. Selon Analysys International, une entreprise chinoise, 400 millions de Chinois utilisent leur téléphone pour surfer sur internet. Comprendre : 400 millions de Chinois ont un smartphone. Il n'y a pas que Samsung et Apple qui y trouvent leur compte, le livre aussi.

 

En effet, ce sont pas loin de 220 millions d'habitants de l'Empire du Milieu qui lisent des livres numériques, ce qui ferait de la Chine le plus gros marché en la matière. Mais ce qui est sans doute le plus intéressant c'est que 25 de ces 220 millions lisent uniquement sur leur téléphone.  Si le pays a l'habitude de voir les choses en grand, la lecture sur petit format n'a pas l'air de les déranger.

 

Cette pratique est également assez répandue au Japon. Dans le cas de la Chine, pays souvent montré du doigt pour son respect approximatif du copyright, il offre un avantage tout à fait intéressant. Une grande partie des livres lus sur smartphone proviendraient de sites où des auteurs partagent gratuitement leurs livres. Dans l'article de Clifford Coonan (le correspondant à Pékin du Irish Times) on apprend que des dizaines de milliers d'auteurs choisissent de diffuser ainsi leurs livres. Reste à savoir si les éditeurs sauront tirer parti de ce marché qui devrait continuer de grandir.