Les conversations WhatsApp changées en livre

Nicolas Gary - 20.05.2014

Lecture numérique - Usages - WhatsApp - Outil d'écriture - Publication


Une start-up italienne s'est penchée sur le temps qui passe, constatant qu'au travers des outils technologiques, ce dernier avait tendance à nous filer entre les doigts. Forte de ce qu'il existe des initiatives visant à changer son profil Facebook en livre, pour garder une sorte d'annale de sa vie numérique, Memeoirs propose désormais de faire la même chose avec WhatsApp.

 

 

 

 

Pour les grands voyageurs, WhatsApp est une solution pratique : cette messagerie multiplateforme permet d'échanger des SMS d'un mobile à l'autre, sans payer de frais liés à des déplacements en dehors des frontières. Images, vidéos, messages audio, tout est prévu. Or, si ces conversations avalées (et rédigées) sur le pouce s'oublient, la société italienne Memeoirs propose de transformer ses échanges en livre. 

 

Giacomo Miceli, cofondateur, souligne toute l'importance que cette appli a pu prendre dans la vie des gens. La technologie ayant remplacé, pour partie, les courriers papier, il faut tout de même arriver à immortaliser, au moins un peu.

 

Pour ce faire, très simple : on charge la conversation que l'on souhaite enregistrer sur la plateforme en question, et le livre contenant tous les petits mots doux est livré directement à domicile. Le tout avec le respect de sa vie privée, puisque le processus est entièrement automatisé, et ne peut manifestement pas accéder aux conversations autres. 

 

Les tarifs oscillent entre 40 et 60 € pour le moment, avec un service premium prévu pour bientôt. « Memeoirs invite les utilisateurs à imaginer leur vie, comme s'il s'agissait d'un roman et de recueillir leurs souvenirs au travers d'emails et de messages textes. »

 

Plusieurs étapes accompagnent la création du livre, le choix des polices, la sélection des contenus, les contacts avec lesquels on a échangé - tout le savoir-faire que la société avait déjà acquis en proposant cette solution avec Facebook. 

 

Associé à deux ingénieurs portugais,  Frederico Rocha et Paulo Pinto, Giacomo pense avoir trouvé la perle rare. « Surtout avec les livres Facebook, qui sont de plus en plus demandés, souvent par des étudiants plus jeunes désireux d'avoir leur livre. Ils collectent des messages envoyés à leurs parents, tout en étudiant loin de chez eux, ou en font un cadeau pour une petite amie, voire collectent les messages publiés au cours d'un long voyage. » (via La Stampa)

 

De quoi laisser livre court à ses pensées...