Les décrets de la loi Prisunic pour octobre, avec une sacrée pagaille

Clément Solym - 26.08.2011

Lecture numérique - Législation - prix - livre - unique


Quand un certain Facebook rachète un éditeur spécialisé dans les livres sur iPad, on se demande bien ce qui va pouvoir se passer. En revanche, quand une loi s'apprête à fixer l'obligation d'un prix unique de vente pour le livre numérique, on sait ce qu'il faut redouter.

C'est que la loi sur le prix du livre numérique, qui doit être unique pour tous les revendeurs qui souhaitent en commercialiser sur le territoire français devrait prochainement refaire parler d'elle. En effet, la publication des décrets d'applications des articles 1 - 2 - 7 est « envisagée en octobre 2011 », comme le souligne l'échéancier de la mise en application. (voir Légifrance)

Ce qui laisse peu de temps pour souffler.

Si la législation sur le prix unique du livre papier n'est aujourd'hui plus remise en question, et que l'ombre puissante de Jérôme Lindon pèse encore sur le sujet, la loi qui portera au choix le titre de loi Prisunic ou loi Mitterrand reste encore à découvrir.

Hervé Gaymard, durant les débats sur la loi


Le président de Fédération e-commerce et de la Vente à Distance (Fevad) et responsable du développement internet de la FNAC, François Momboisse pointait à ce titre la campagne de promotion opérée par Amazon, qui effectue une remise particulièrement forte sur un ouvrage. Une braderie quotidienne, le Kindle Daily Deal, qui propose un rabais monstre, pour vendre plus. (voir notre actualitté)

Un cassage de prix qui sera impossible en France, du fait de la loi sur le prix unique... « sauf si.. Amazon devient lui-même éditeur », note François Momboisse. Mais pour le coup, Amazon est déjà éditeur outre-Atlantique. Sauf que même dans ces conditions, il devra se soumettre à la législation, finalement. Pour éditeur qu'il soit, il lui sera possible de fixer le prix qu'il souhaite pour ses livres, et opérer les remises qu'il désire, en décidant de baisser le prix de vente public à l'envi... mais ce modus operandi ne s'appliquera qu'aux ebooks publiés par ses soins.  (via Numerama)

Prisunic, la confusion...


A signaler pour rester dans la thématique, la petite boulette commise dans un entretien accordé à Challenges par Hervé de la Martinière, et interrogé sur les retombées financières qu'il attend de l'accord passé avec Google. (voir notre actualitté)

« Aucune! Si j'avais agi pour des raisons financières, je n'aurais pas fait un procès pendant plus de cinq ans. Mais il y avait un principe à faire respecter. Aucun éditeur ne peut accepter que son fonds soit pillé. Cela dit, nous avons effacé le passé et nous nous mettons à travailler ensemble. Les ouvrages seront commercialisés et il y aura un couplage des recettes entre Google et nous. Il n'y aura pas de prix unique pour ces ouvrages. » (Challenges)

Il faudra comprendre tout l'inverse de ce qui est prêté comme propos, dans cette dernière phrase. Contacté par ActuaLitté, Hervé de la Martinière s'amuse de cette erreur. « Je suis suffisamment attaché au prix unique du livre, numérique et papier, pour ne pas dire de telles choses. Ce que je voulais expliquer au journaliste, c'est que les ouvrages numérisés ne seront pas indifféremment vendus tous au même prix — pas de prix unique pour tous - mais chacun étant différent, ils auront tous leur propre prix, qui sera évidemment unique, c'est-à-dire le même pour tous les revendeurs. »

Unique, Unique, unique...

Amusant comme la réalité dépasse parfois la fiction : Jean-Marc Roberts, la patron des éditions Stock, avait accusé les Français de ne pas comprendre leur propre langue, quand il avait évoqué l'idée d'un “lieu unique” pour la vente de livres. Et que ce lieu était la librairie, et sûrement pas internet. (voir notre actualitté)

« Un lieu unique, c'est un lieu singulier, à nul autre pareil, qui ne ressemble à rien et qui est différent... », précisait-il alors, pour rattraper son erreur.

Et dans le cas du prix unique du livre numérique, c'est un prix singulier à nul autre pareil, que l'on verra mis en application dans quelque temps ?