medias

Les éditeurs espagnols sonnent le tocsin contre le piratage

Antoine Oury - 19.04.2013

Lecture numérique - Législation - FGEE - éditeurs espagnols - piratage


La Fédération des Groupes d'Éditeurs Espagnols (FGEE) se montre particulièrement vindicative dans un rapport révélé mercredi sur l'industrie du livre et les mesures de protection de la culture. D'après l'organisation, la protection des oeuvres et des ayant-droits est largement insuffisante dans la législation du pays, et priverait ainsi l'Espagne d'un moteur économique conséquent.

 


Burnin' and Lootin'

Brett Jordan, CC BY 2.0

 

 

La FGEE, dans son rapport d'une quinzaine de pages, souligne pour commencer les efforts des éditeurs de la péninsule pour constituer une offre légale satisfaisante : d'après les chiffres de l'organisation, ce sont près 40.328 titres qui ont été proposés au format numérique en 2011, une hausse évaluée à 243,3 % par rapport à l'année précédente. Sans compter les quelque 81.170 livres issus des fonds des maisons d'édition.

 

Du côté des retombées économiques de cette transition numérique, la FGEE est plus que circonspecte : « En 2011, d'après les dernières données de l'édition, les ventes des titres numériques ont atteint 72,60 millions €, 3 % supplémentaires par rapport à 2010. » Par rapport à l'année 2009, la hausse est bien plus conséquente : le chiffre a augmenté de 41,6 %. Des résultats qui ne sont pas tellement éloignés du reste de l'Europe, comme le note le rapport, à l'exception du Royaume-Uni.

 

Irrémédiablement, les lecteurs espagnols de demain seront convertis au numérique : la moitié (58 %) de la population âgée de 14 ans et plus a déjà lu en numérique, selon le Baromètre des habitudes de lecture et d'achat de l'année 2012. Et, toujours selon le même document, 64,4 % des lecteurs se seraient tournées vers une acquisition gratuite de leur titre (que le moyen soit légal ou illégal), contre 37,9 % d'acheteurs, un taux en baisse par rapport à 2011.

 

Quand on sait que le pouvoir d'achat n'est pas au beau fixe en Europe, et sûrement pas plus en Espagne, cela n'a rien d'étonnant. L'Observatoire du piratage et des habitudes de consommation des formats numériques, daté de 2012, évalue tout de même le nombre de téléchargements illégaux à 226.9 millions, pour des pertes estimés à 586,2 millions €.

 

Des pertes estimées qui restent donc bien supérieures aux revenus générés par les ventes légales, qui pousse la FGEE à nommer l'Espagne « l'un des pays où l'on a le moins de respect pour le droit d'auteur ». La Fédération lance donc un appel aux autorités compétentes afin qu'elles prennent les mesures appropriées en termes de protection de la propriété intellectuelle, citant entre autres Hadopi 2, SOPA, PIPA et autres DMCA...

 

(via Actualidad Editorial)

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.