Les éditeurs néerlandais en manque d'offre légale et de streaming

Nicolas Gary - 05.02.2014

Lecture numérique - Législation - Pays-Bas - piratage d'ebooks - lecture en streaming


Le piratage de livres, aux Pays-Bas, semble être un sport local relativement répandu, si l'on se fie aux données relevées par le cabinet GfK. En moyenne, 10 % des ebooks sont achetés, les 90 % restants sont obtenus à partir de sites pirates, et manifestement de sites Torrent. Cependant, GfK annonce également que le marché de l'ebook ne pèse que 4,5 % du marché du livre néerlandais.

 

 

Pirate

Pirates en la demeure (Sincere Finchy, CC BY 2.0)

 

 

Sur un total de 117 ebooks, GfK note en effet que seuls 11 titres ont été achetés, mais les conditions de l'étude ne sont pas très claires. La romancière Saskia Noort s'en est particulièrement émue : sur un site de téléchargement, elle a découvert que son livre avait été downloadé à 15319 reprises. Ce qui impliquerait que 1531 versions numériques ont été vendues, probablement un chiffre important, toutes proportions gardées.

 

Les éditeurs néerlandais doivent être embarrassés, puisqu'ils ont décidé d'organiser une campagne de promotion « de la lecture légale », en s'appuyant sur les réseaux sociaux.

 

Rappelons qu'aux Pays-Bas, l'upload et la mise à disposition de livres numériques piratés n'est pas illégale, en revanche, les télécharger est considérée comme un crime. Cependant, le développement de l'offre légale en bibliothèque arrive progressivement, et plusieurs éditeurs néerlandais commencent à proposer leur catalogue.

 

Tim Kuik, président de la fondation BREIN, chargée de défendre les droits des éditeurs, explique que la lutte actuelle contre le piratage n'est pas suffisante. Et de comparer avec le monde de la musique, qui en l'espace de quelques années, a connu une baisse des ventes de CD de 60 %. Pour mémoire, puisque l'on parle de cerveau, les éditeurs payent la BREIN pour assurer la protection de ses fichiers.

 

L'une des solutions avancées serait de promouvoir la lecture en streaming, et c'est ce que l'on peut découvrir sur le site The Social BookCompany, qui promeut le téléchargement légal, et l'achat d'ebooks. Ainsi, explique Kuik « iTunes et Spotify ont une offre légale de musique, HBO et Netflix le font pour les films. Les éditeurs devraient les rejoindre ». 

 

Pour l'heure, les différents services mis en place aux Pays-Bas ne semblent pas porter leurs fruits. 

 

Reste que prétendre que les livres téléchargés sont des ventes perdues est une fois de plus ridicule au possible. Récemment, un pirate néerlandais qui avait reconnu le téléchargement de 5000 ebooks avait vu la poursuite intentée par la BREIN rejetée pour vice de procédure. Tim Kuik, toujours lui, enrageait : « Même si chaque livre coûte une vente, cela représenterait déjà 50.000 € de pertes de revenus. Le préjudice réel est multiplié parce que les livres ont été téléchargés un nombre incalculable de fois. »

 

AD.nl