Les éditeurs se soucient à présent de la qualité de leurs ebooks

Antoine Oury - 27.08.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - édition numérique sondage - qualité des fichiers - ebooks livre numérique


La qualité et la lisibilité n'auront pas toujours été de pair avec le livre numérique. Après des années de numérisations hasardeuses, de mises en page chaotiques ou de syntaxes tortueuses, les éditeurs semblent se soucier de la qualité de leurs fichiers numériques. C'est du moins ce qu'une étude de DCL et Bowker suggère, après avoir interrogé des maisons sur leur politique numérique.

 

 

Great message

(David J, CC BY 2.0)

 

 

Les réponses aux quelques questions posées ont été collectées directement sur le site de DCL, sans que le nombre de répondants ne soit précisé : auteurs et éditeurs ont toutefois participé au sondage, d'après les résultats de la première question, et l'on peut imaginer que l'autopublication fait partie des pratiques évoquées.

 

Une large majorité d'entre eux publiera au format numérique en 2014, à 83,72 %, contre seulement 1,86 % d'interrogés qui ne se tourneront pas vers ce format. Au rayon des genres concernés, la non-fiction (documents, biographies...) arrive en tête, suivie par la fiction et les documents techniques. 

 

La qualité du fichier numérique semble véritablement être entrée dans les considérations des éditeurs et des autopubliés, qui sont 67,91 % à estimer que cette dernière influence considérablement les chiffres de vente. Mise en page, qualité et erreurs dues à une conversion automatique font d'ailleurs le podium des peurs d'éditeurs au format numérique.

 

Le monopole d'Amazon en matière de livres numériques transparaît une nouvelle fois, le site apparaissant en tête des canaux de vente et des appareils visés par les numérisations des éditeurs. Par ailleurs, le format choisi pour un usage commercial est encore bien loin du vœu pieux de certains, qui souhaiteraient voir le format EPUB3, ouvert et accessible, largement utilisé.

 

 

 

Enfin, les pratiques sont variées pour les corrections : la relecture peut être assurée en solitaire, en amont de la conversion numérique, ou par un tiers spécialement engagé. La conversion au format numérique semble, elle, être largement pratiquée par l'auteur ou l'éditeur lui-même... Avec un scanner maison ? Les résultats complets de l'étude pourront être retrouvés ci-dessous.