Sonic le hérisson ou Goku le Saiyan : qui sauvera Anne Frank des nazis ?

Nicolas Gary - 24.08.2015

Lecture numérique - Usages - Anne Frank - Sonic hérisson - Son Goku


Il faut un imaginaire bien débridé, pour que deux héros contemporains rencontrent la plus célèbre déportée juive. C’est possible, pourtant : le hérisson bleu qui fit les plus riches heures de Sega, Sonic, est le personnage principal, aux côtés d’Anne Frank, d’une FanFiction plus qu’improbable. Et pourtant, un récit bien réel... Et quand Son Goku débarque, on croit à une spectaculaire montée d’acide...

 

Sonic the Hedgehog &Tail 1994 Plushies

Mike Mozart, CC BY 2.0

 

 

Le texte existe bel et bien, Sonic the Hedgehog: World War 2 Dragon, est un récit de DarkDoomFireMaster, dont le pseudonyme en dit déjà long. Publé sur FanFiction.net, en décembre 2012, cette aventure inimaginable n’est pas que le fruit d’un syncrétisme historico-vidéoludique. Ni le produit d’un esprit en proie aux drogues les plus violentes. 

 

Dans une longue tribune, Clemens Setz, écrivain allemand, se lance soudainement à la recherche de sens : pourquoi la FanFiction ? Parce que ces récits expriment ce que peut-être notre société, si on la passait aux rayons X. Victor Hugo parlait d’auteurs, comme des échos de leur siècle, et ces FanFictions ne sont pas autre chose. (via Zeit)

 

Et voici comme Sonic et son compagnon, le renard Tails, en viennent à travailler, sur demande de leur enseignante, sur la Seconde Guerre mondiale. Et pour bien faire, Sonic invente une machine à remonter le temps, qui leur fera rencontrer Anne Frank. Terrifiée par les nazis, elle va se transformer en Anne Frank Le Hérisson – exactement comme Sonic – et aller au centre commercial.

 

Certainement pour acheter une Xbox, comme lui suggère Sonic.

 

Mes deux compètes poursuivent leur quête historique, et se retrouveront rapidement devant le château de Hitler. Il les attendait, le fourbe, avec une épée de feu. Le dictateur allemand ne tiendra pas une minute contre le hérisson qui s’est changé en immense dragon bleu aux yeux verts... 

 

Fin de l’exposé, puisque la Seconde Guerre mondiale n’aura donc plus lieu. Et un A pour tous les élèves de la classe. 

 

Passé le choc originel du récit, on se rend rapidement compte que des centaines – des milliers ? – de choses similaires existent. On crie alors à l’absurdité du monde, la vanité de toute chose, et, surtout, on se demande bien qui fournit les jeunes, et avec quels produits ?

 

Faut-il alors vraiment évoquer un autre texte, où cette fois, c’est San Goku, le personnage de Dragon Ball qui vient sauver Anne Frank, toujours des affreuses griffes de nazis sanguinaires ? C’est pourtant le thème de Until End of Time, une autre production, que l’on retrouve sur internet.

 

San Diego Comic-Con 2014 - Super Saiyan Goku

William Tung, CC BY SA 2.0

 

 

Certes, les résultats sont grotesques, pour l’historien, le lettré, l’érudit ou l’intellectuel. Et Clemens de se souvenir des propos du philosophe Heidegger : « On voit donc qu’elle est la question posée ici, non pas celle de l’abolition de la distance, mais de la nature de la proximité. Celle d’un état où il n’y a plus ni distance, puisqu’elle a été abolie, ni proximité, puisqu’elle n’a pas été pour autant acquise. » 

 

Ou comme une incapacité à ne pas confondre les événements réels, enseignés, et ceux, fictifs, issus d'oeuvres ?

 

Les faits historiques, qui rencontrent la pop culture, donnent ainsi lieu à des choses plus invraisemblables que jamais. Dans ces confusions de genre, d’événements et de fiction/non fiction, on pourrait lire des choses angoissantes, comme la perte de la mémoire. Et pourtant, ces FanFictions doivent bien dire quelque chose de notre société, de son comportement. Qui peut réellement empêcher l’imaginaire de se débrider totalement, de n’avoir aucune inhibition, et de fusionner les mondes, les personnages, les œuvres, les situations ? 

 

Et si cela se pouvait, qui oserait le faire ?