Hadopi : ces oeuvres introuvables dans l'offre légale

Cécile Mazin - 14.09.2015

Lecture numérique - Usages - offre légale - Hadopi oeuvres - signalement ayants droit


Depuis mars dernier, l’Hadopi propose un service par lequel les internautes peuvent signaler l’absence d’une œuvre dématérialisée dans l’offre légale. Un signalement qui sert à améliorer le catalogue des industries culturelles, en répondant aux demandes des clients potentiels. Les données fournies par l’Hadopi sont assez minces, mais ont le méritent de donner une première tendance.

 

the search for peace

frankieleon, CC BY 2.0

 

 

Mensuellement, le site OffreLégale.fr enregistre 25 demandes en moins de six mois de mise en place. Avec 772 signalements au total, la Haute Autorité indique que :

 

  • 200 œuvres signalées (26 %) étaient en fait disponibles sur des sites légaux
  • 152 œuvres signalées (20 %) étaient déclarées indisponibles suite à une réponse reçue de la part des ayants droit
  • 420 signalements (54 %) étaient en cours de consultation auprès des ayants droit identifiés par l’Hadopi
  • Aucune œuvre n’était en cours de traitement interne

 

Il faut comprendre que cinéma et télévision monopolisent l’attention, avec 80 % des signalements, tandis que les ebooks en représentent que 5 % des œuvres signalées. « Le signalement des œuvres introuvables a bénéficié d’un très bon accueil de la part du grand public ainsi que des professionnels du secteur. Le premier mois de la mise en ligne de cette fonctionnalité, plus de 200 signalements étaient reçus par l’Hadopi. »

 

Toutefois, pour être efficace, l’Hadopi souligne que 39 % des ayants droit indiquent qu’ils ne disposent pas des droits pour l’œuvre, sur le territoire français. 

 

Dans le monde de l’audiovisuel, « lorsque l’on demande aux internautes français ayant des pratiques illicites les raisons pour lesquelles ils ne se tournent pas vers une offre respectueuse du droit d’auteur, le problème de l’offre (manque de disponibilité, manque de contenus récents, impossibilité de trouver ce qu’ils recherchent, etc.) arrive en seconde position avec 48 % des arguments avancés, juste derrière la problématique du prix ».