Les jeunes européens piratent moins, sauf pour les livres numériques

Antoine Oury - 31.10.2019

Lecture numérique - Usages - europe piratage - europe livre numerique - EUIPO etude piratage


L'Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) publie la version 2019 de son tableau de bord sur les jeunes et la propriété intellectuelle, annonçant une nouvelle réjouissante : plus de la moitié des jeunes en Europe évitent désormais les sources illégales de contenu numérique. 51 % des jeunes Européens, âgés de 15 à 24 ans, n'auraient pas eu recours à des sources illégales pour des contenus culturels. Pour le livre numérique, le taux reste toutefois le même par rapport à 2016.

Kobo Aura One
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


23.507 jeunes âgés de 15 à 24 ans ont été interrogés dans 28 pays de l'Union européenne, pour tenter de comprendre leurs habitudes culturelles ainsi que leurs recours aux sources légales ou illégales pour se procurer des œuvres, qu'il s'agisse de films, d'œuvres musicales, de jeux vidéo ou encore de livres au format numérique. Par rapport au dernier rapport, qui remonte à 2016, l'EUIPO constate peu de changements, mais ces derniers s'avèrent positifs.

Parmi les interrogés, 56 % d'entre eux ont consulté un livre au format numérique, streaming et téléchargement confondus (contre 58 % en 2016), et 15 % de ces lecteurs ont eu recours à un site illégal pour se procurer ces ouvrages, de manière intentionnelle. Un taux qui reste peu élevé lorsqu'on le compare aux films et séries (79 %) ou à la musique (39 %), mais qui reste stable par rapport à 2016.

La plupart des pays de l'UE, note le rapport, ont connu une baisse du nombre de jeunes déclarant avoir eu recours à des sites illégaux pour se procurer des contenus culturels numériques : en France, cette baisse est estimée à 10 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans.

Du côté des raisons qui peuvent expliquer cet éloignement des sources illégales, l'EUIPO annonce que les jeunes se soucient plus de la qualité des contenus ainsi que de la sécurité des plateformes utilisées (risques de virus ou de malwares). Le prix reste une motivation importante pour télécharger gratuitement et illégalement (pour 56 % des interrogés), mais elle recule toutefois : l'absence d'offre légale (30 %) et un choix plus important dans les canaux illégaux (26 %) se démarquent désormais.

De manière générale, l'existence d'une offre légale abordable (55 %), la peur d'une sanction (35 %) et une mauvaise expérience personnelle (29 %) restent des arguments qui font mouche, pour se détourner de l'offre illégale.
 
Les utilisateurs les plus susceptibles d'avoir recours à des sources illégales pour les contenus numériques seraient des hommes, âgés de 18 à 24 ans, avec un niveau d'études élevé, salariés et disposant d'un revenu.

Détail de l'accès illégal au livre numérique par pays, dans le rapport de l'EUIPO
 

Du côté des usages en matière de lecture numérique, le rapport 2019 de l'EUIPO apporte quelques données intéressantes. On découvre par exemple que le streaming (40 %) et le téléchargement (43 %) sont désormais côte à côte dans les usages des jeunes, avec 18 % des répondants qui déclarent une mixité dans les modes d'accès.

Le rapport complet de l'EUIPO est disponible ci-dessous.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.