Les lecteurs préfèrent un vrai livre : le numérique, c'est du vent niveau émotion

Nicolas Gary - 24.05.2018

Lecture numérique - Usages - sentiment appartenance livres - posséder livre plaisir - propriété livre lecteurs


Les vrais livres – les seuls ? – sont en papier. Ce sont des scientifiques qui l’assurent, considérant que le livre numérique n’engendre aucun attachement émotionnel ni sens de la propriété. Et de ce fait, les livres papier conservent toutes les faveurs des lecteurs.



trialsanderrors, CC BY 2.0


 

Dans le cadre d’une enquête menée par l’université d’Arizona, les chercheurs ont conclu que le livre numérique ne toucherait jamais le cœur des lecteurs. En effet, le sens de la propriété, qui découle du fait d’avoir un livre dans les mains, implique une dimension émotionnelle. Posséder c’est vibrer, en somme.

 

« Nous avons examiné ce qui s’appelle la propriété psychologique, qui n’est pas nécessairement liée à la détention légale ni aux droits, mais plutôt lié à une perception de “ce qui est à moi” », indique Sabrina Helm, professeure agrégée, à la tête de l’étude.

 

Publié dans Electronic Markets, le document s’appuie sur les réponses de différents groupes : baby-boomers, génération X, et deux groupes de Millenials. Tous se sont ainsi exprimés sur le sentiment de contrôle de l’objet, qui définit tout à la fois la personne et la relation à l’objet. 

 

« La propriété psychologique est importante dans la vision que les gens ont de la manière dont ils valorisent certains produits, services ou objets », poursuit la scientifique.

 

« Dans le contexte des produits numériques, nous avons pensé qu’il serait approprié d’interroger comment les gens s’approprient quelque chose qui n’est pas véritablement là – c’est simplement un fichier dans un ordinateur, un appareil ou dans le cloud. Cela relève plutôt du concept que d’une chose réelle. »

 

Pour inculquer la culpabilité aux pirates,
envisager de leur griller le cerveau

 

Les cobayes qui ont servi à l’étude montrent clairement que cette connexion ne s’effectue pas –, et ce, indépendamment de leur âge. Par exemple, comme les livres numériques ne peuvent pas se partager matériellement, les participants indiquent qu’ils préfèrent les versions papier. Chose intéressante, puisque les solutions pour offrir ou prêter existent dans l’univers numérique. Mais l’absence de matérialisation continue de peser sur l’esprit.

 

La tarte à la crème ne manque pas : les cobayes assurent que le bruit, l’odeur, les sensations olfactives importent. De même, comme l’achat d’ebooks donne plutôt le sentiment de louer, ce qui restreint plus encore le sentiment d’appartenance. L’attachement au papier n’en ressort que plus encore. 

 

Ce qui n’empêche pas les utilisateurs d’apprécier le confort d’utilisation des ebooks : les solutions technologiques ne parviennent pas à pallier les sensations. 

 

Sans douleur, on se croit difficilement propriétaire
de biens numériques

 

« L’une de nos conclusions est que livres numériques et papier sont des produits totalement distincts », reprend Sabrina Helm. Les premiers ressemblent plutôt à « une offre de service : dans l’ensemble, ils apparaissent comme une expérience fonctionnelle ou utilitaire. Vous retrouvez bien plus de richesse si vous manipulez un livre physique, où tous vos sens sont impliqués ».

 

Reste que la lecture numérique est relativement récente, et que l’offre est encore vue comme trop chère pour les clients. Mais surtout, l’absence de valeur ajoutée les rebute encore. « Si c’est différent d’un livre physique, ils ne le compareront pas au livre papier, parce que c’est une forme de divertissement totalement différente », conclut la scientifique.

 

(étude à retrouver ici)

 




Commentaires

Dans un livre il n'y a pas seulement l'écrit, il y a aussi le toucher, le plaisir de tourner les pages, l'odeur du papier...tant de choses qu'une tablette n'offre pas. Je conçois qu'il soit pratique, quand on voyage souvent, d’emmener un objet rectangulaire, mince et d'une diagonale de quelques pouces, pouvant emmagasiner presque 3.000 livres, mais... où est le plaisir des sens?
Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse... Les "scientifiques" confondent ici plaisir de posséder et plaisir de lire. L'essentiel est dans la lecture, et non dans la possession. Et la lecture, d'ailleurs, nous dépossède de nous-mêmes...
Je suis tellement d'accord avec vous !

J'adore possédé des livres, j'ai 4 bibliothèques pleines, mais grâce à ma liseuse je touche à un univers plus grand (particulièrement l'auto-édition) et je suis aussi transporté lorsque je lis un livre papier que numérique, j'en oublie de manger et boire (mon café ou mon thé sont souvent froid lorsque je me souviens de leur existence).
Pour ma pars j'aime mieux le livre en papier, sentir l'encre, je peux soulignée de couleurs qui me font vibrer, j'aime le tenir dans mes mains viré les pages, la texture du papier, pour moi c'est un tout le plaisir de lire. Namasté 💋
J’envisage sérieusement de convertir mon beau-père (85 ans e juillet) à l’usage de la liseuse. Il a la DMLA, et pour lui, la lecture, c’est la vie. Alors il s’épuise, au sens propre du terme à continuer à lire : des journaux, des livres, des magazines. Il s’épuise tellement qu’il doit faire plusieurs « siestes » dans la journée. Il n’est pas branché technique, mais je ne vois que la liseuse, et sa possibilité d’agrandir les lettres pour l’aider à continuer à vivre.., alors oui vous voyez, vos éternelles lamentations de gens bien portant avec des yeux qui voient sur le saint imprimé papier, elles commencent à me lasser.
u début du chemin de fer des scientifiques avaient prédit que le train ne dépasserait jamais 30 km/h car les passager manqueraient d'air...!!!



le TGV roule allégrement à 300 km/h et, à ce jour je n'ai pas entendu parler d'asphixie!!!
Pour moi, lire une histoire (remarquez que je ńai pas dit livre) , c’est d’entrer dans un imaginaire, dans une histoire et ne plus être dans ma réalité quotidienne. C’est de partir avec les personnages et vivre leur histoire avec eux! Je suis autant dans l´histoire que si j’avais un livre papier dans les mains. J’ai Des amis qui ne pensaient qu’a Des livres papier et depuis qu’elles ont une liseuse, elles ne changeraient plus. En plus, c’est tellement pratique...ça entre partout, et moins pesant...! Valise, sac à main. Utile en voyage , cela facilite la lecture au lit, etc.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.