Les libraires allemands demandent aux éditeurs de se passer de DRM

Antoine Oury - 16.01.2015

Lecture numérique - Usages - Börsenverein libraires allemands - DRM livre numérique ebooks - Heinrich Riethmüller


La réunion annuelle des éditeurs allemands, groupe appartenant au Börsenverein, avait invité en ouverture Heinrich Riethmüller, directeur de la chaîne de librairies Osiander et à la tête de l'association des libraires du Börsenverein, pour qu'il partage ses vues sur le marché actuel. Il n'a pas déçu, en appelant ses collègues éditeurs à abandonner au plus vite le DRM, ou verrou numérique, qui fait « de chaque client un voleur potentiel ».

 


thief

La main dans le sac (Rennett Stowe, CC BY 2.0)

 

 

Riethmüller a évoqué le service client d'Amazon, une des plus grandes qualités du cybermarchand, mais identifié la distribution des titres des éditeurs comme un des principaux obstacles au développement du marché du livre numérique — entendre, ailleurs que sur Amazon. D'après lui, l'apposition de verrous numériques sur les ebooks instillerait une perception dégradante du client numérique — considéré comme un voleur susceptible d'alimenter le piratage.

 

Le libraire a comparé la peur des éditeurs à celle de sa profession au moment de la mise en place du libre service dans les boutiques : les professionnels craignaient une hausse substantielle des vols, mais seules les ventes ont véritablement connu la croissance. 

 

Le Börsenverein a récemment mis en avant la librairie en ligne buchhandel.de, destinée à devenir la plus grande plateforme de ventes d'ebooks pour les libraires indépendants d'Allemagne. Riethmüller a demandé aux éditeurs de faire des efforts pour faciliter les développements du site, et de s'éloigner si possible d'Amazon.

 

Riethmüller invite également chacun à faire de la pédagogie, et s'est fendu d'une liste des maux causés par le ecommerce éhonté, rapporte Lesen : pollution de l'environnement, capitalisme numérique, disparition des emplois, fermetures dans les centres-ville... Tout y est passé, raconte le journal.

 

Le credo de Heinrich Riethmüller n'est pas étonnant : pour la période de Noël, sa chaîne de librairies a proposé l'échange gratuit de Kindle contre des Pocketbook, pour faciliter le développement d'un système d'achats et de lecture ouvert. L'opération a rencontré un grand succès. L'idée d'un commerce de livres sans DRM est également portée par la Fédération européenne et internationale des libraires (EIBF), qui organisera prochainement une campagne de communication sur ce sujet.