Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les start-up à Francfort : L'Apprimerie, explorer les possibilités du livre numérique

Antoine Oury - 12.10.2017

Lecture numérique - Applications - L'Apprimerie - L'Apprimerie Foire du Livre Francfort - Foire Livre Francfort


Pour évoquer L'Apprimerie, on ne penserait plus au mot « start-up » : la maison d'édition fait pourtant partie du programme de l'Institut français à la Foire de Francfort, pour faire connaître les entreprises innovantes du secteur de l'édition. L'équipe teste aujourd'hui de nouveaux modèles économiques, au-delà du livre numérique enrichi qui les a fait connaître, et les projets sont multiples.





Installée dans de tout nouveaux locaux, la maison d'édition L'Apprimerie a aussi ajouté quelques cordes à son arc. Rompue à la création de livres numériques grâce à leur solide expérience dans le domaine, l'équipe participe au projet européen « Dispraxiatheca », qui rassemble 6 pays partenaires pour la création d'une banque de ressources en ligne pour les enfants dyspraxiques.

« Cette plateforme gratuite propose des ressources également gratuites : des excercices en ligne, des modèles pour adapter des leçons ou encore des bibliothèques d'ebooks sur mesure », explique Julie Guilleminot, présidente de L'Apprimerie. 600 titres seront ainsi disponibles, au total, pour les 6 langues du partenariat : anglais, grec, italien, portugais, polonais et français. « Nous sommes leaders du projet, chargés de développer l'outil qui rend les EPUB accessibles. Il est possible de les paramétrer selon le degré de dyspraxie, de grossir les caractères et de changer des paramètres », ajoute la présidente de la maison.

Les livres numériques de L'Apprimerie ont toujours été adaptés, et l'adaptation des livres numériques à des publics empêchés fait partie des centres d'intérêt de la société : « Nous sommes de fervents défenseurs de l'EPUB et c'est intéressant de le promouvoir par ce biais. » À Francfort, L'Apprimerie présentera ses projets, notamment européens, et rencontrera des éditeurs d'autres pays pour des achats et ventes de droits.
 

D'autres propositions, sans quitter le livre numérique


Si L'Apprimerie reste très liée au livre numérique, « concrètement, nous testons des modèles économiques », reconnaît Julie Guilleminot. La maison s'est ainsi lancé dans le livre papier - toujours lié à un support numérique, que l'on se rassure - avec la collection « La Chouette du cinéma », en coédition avec Les Films du Nord et La Boîte… Productions. 

« Cela nous permet de justifier la complémentarité du papier et du numérique, et cela rassure les gens, pourrait-on dire. Dans le secteur du cinéma, l'idée d'un livre enrichi ne pose aucun problème, et nos partenaires étaient si enthousiastes qu'ils voulaient au départ se concentrer sur un livre numérique seul ! Mais le papier permet de rentrer en librairie », explique Julie Guilleminot. Les albums sont diffusés par Pollen et distribués par Sodis, avec un soutien très fort du réseau des exploitants et des salles, « qui apprécient beaucoup le combo séance de cinéma et librairie ».

Julie Guilleminot ne cache pas une forme de désillusion vis-à-vis de la vente de livre enrichi à l'unité aux lecteurs : « D'abord, il n'y a pas de structure de diffusion, pas de catégorie dans les stores pour ce type de livres, et puis il faut souligner que les maisons d'édition ont complètement rétropédalées sur le livre numérique, ce qui est dommage à mon avis, car des investissements ont été faits et n'auront finalement servis à rien, ou pas grand-chose. » Aujourd'hui, « je ne crois plus vraiment à l'achat à l'unité pour le livre numérique, mais plutôt à l'abonnement ou à une forme de consommation courte ».

Pour autant, L'Apprimerie n'abandonne pas le livre numérique, ni enrichi : « L'utilisation en classe me paraît très intéressante, par ce biais-là, cela peut avoir du sens. » L'Apprimerie travaille donc sur une bibliothèque de livres numériques enrichis, un catalogue « très restreint » qui serait proposé par abonnement aux professionnels, écoles et bibliothèques, sur des classiques de la littérature et des thèmes comme le cinéma, l'art et la musique. « Des thèmes sur lesquels le numérique pourrait apporter une vraie plus-value, et plutôt un petit catalogue, car une offre pléthorique ne sert à rien si les gens ne connaissent pas », explique la présidente. Ces ouvrages reprendraient le principe - très remarqué - du Horla et de Voyage au centre de la terre, parus chez L'Apprimerie.

« Je ne suis pas forcément optimiste sur l'avenir du secteur du livre : je pense que le livre papier ne va pas bien parce que la lecture ne va pas bien, de manière générale. On dit que les lecteurs sont attachés au livre papier, mais je pense que dès que les prix baisseront, la bascule s'effectuera », explique Julie Guilleminot. « Et que les nouveaux médias comme le livre enrichi joueront alors un rôle important pour faire renouer avec la lecture. »


 

Foire du livre de Francfort
 

La France à Francfort : pays invité d'honneur à la Foire du livre 2017