Les tablettes ne concernent que les 'casual lecteurs'

Clément Solym - 12.03.2012

Lecture numérique - Tablettes - tablettes - lecture - livre


Les distractions qu'offre une tablette, pour un consommateur, nuiraient assez facilement à la concentration d'un lecteur. Contrairement aux lecteurs ebook, avec lesquels il n'est possible que de lire ses ebooks, les tablettes offrent un grand nombre de sollicitations... qui font sortir le nez de son livre.

 

A l'occasion d'un rendez-vous au Labo de l'édition, Samuel Petit de la société Actialuna avait pointé ce risque, en présentant l'application de l'Homm volcan, livre-application écrit par Mathias Malzieu et coédité avec Flammarion. « Toute application qui contraint le lecteur ou le gêne dans sa lecture provoque une réaction immédiate : il quitte l'application et va consulter ses emails. » Le ces des applications-livres est évidemment le plus extrême, mais démontre bien que les tablettes sont avant tout des objets de convergence, multitâche, permettant de sortir de sa lecture aisément, pour aller faire autre chose. 

 

Du reste, la tentation est grande, avec ces appareils, que de se laisser porter par une vidéo, une musique, ou n'importe quoi, si l'on décroche du livre pour une raison ou une autre. (voir notre actualitté

 

 

 

Pourtant, à l'occasion d'une conférence donnée durant le Financial Times Digital Media, à Londres, plusieurs acteurs sont venus témoigner de ce que pouvait apporter les tablettes, et de leurs différences d'usages avec les lecteurs ebook. Autour de la table, Richard Waters, éditeurs du Financial Editor, ainsi que Michael Serbinis, PDG de Kobo et Santiago de la Mora, de chez Google. À leurs côtés, deux personnes de l'édition, des maisons Hachette et aNobii. 

 

Pour Serbinis, le premier constat est le suivant : la lecture numérique va plus vite que prévu. Et ce marché, qui a tout d'abord explosé aux États-Unis avant d'arriver au Canada, commence à se propager gentiment, mais efficacement, en Europe occidentale. Pourtant, cet essor est différent suivant le type d'appareil de lecture que l'on sollicite. 

 

« Les gens qui achètent des lecteurs ebook lisent plus fréquemment que ceux possédant des tablettes. Ils lisent durant des périodes plus longues et sont plus concentrés. Nous considérons avec certitude que les tablettes sont destinées aux lecteurs occasionnels. Ces lecteurs consomment un livre tous les deux mois, ce qui est bien moins que ceux qui possèdent un lecteur book. Certains lecteurs de romance vont jusqu'à 30 livres chaque mois », explique-t-il.

 

Tim Hely Hutchinson, de Hachette Book Group, assure que la croissance des lecteurs ebook et les revenus liés aux ventes de livres numériques ont définitivement modifié le paysage des maisons. De 1 % des ventes en 2009, à 10 % en 2010, voilà qui assure aux éditeurs que le secteur est installé. Et Hutchison de dévoiler que certains font probablement déjà 30 % de leur chiffre d'affaires avec les ventes d'ebooks. 

 

Seul le temps, poursuit-il, dira si le livre imprimé disparaîtra du fait du livre numérique. Cependant, la croissance plus dynamique chez les enfants et jeunes adultes, du livre numérique tend à montrer que ces derniers s'appuieront, à l'avenir, sur l'ebook. Surtout qu'ils entrent dans la lecture numérique par le biais de lecteurs ebook, et non de tablettes. 

 

De comportements qui changent, pour une industrie qui court après eux… (via TabTimes)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.