Les tablettes tueront les ordinateurs... dans quelque temps

Clément Solym - 25.03.2012

Lecture numérique - Tablettes - tablettes - ordinateurs - marché


Intéressante étude qui a été présentée durant le sommet sur les médias, qui se déroulait à Toronto. Les experts de l'industrie réunis ont pu faire chacun le constat suivant : la tablette, outil de convergence, gagne du terrain, de tous côtés...

 

Selon Danirl Odio, cité par l'AFP, la tablette « tue l'ordinateur beaucoup plus qu'elle n'empiète sur les smartphones. C'est le nouveau centre nerveux, c'est le nouvel ordinateur ». 

 

Autre avantage, pour les industriels : les possesseurs de tablette achètent bien plus que les détenteurs d'un ordinateur simple. L'engouement pour les applications peut être à l'origine de cela, évidemment. 

 

« Le iPad et les tablettes en général sont vraiment des médias de création formidables. Avec une tablette, vous pouvez créer quelque chose en une minute, en faire quelque chose de précieux et le partager avec le reste du monde », explique Thom Cummings de Soundcloud, une plateforme de téléchargement et de partage de fichiers musicaux.

 

 

 

L'orientation des médias vers les tablettes représente un enjeu majeur, d'autant plus que la consultation des informations depuis une tablette se fait plus spontanément, attendu qu'elles disposent d'un écran bien plus grand que celui des smartphones. Donc plus séduisant. 

 

Cependant, difficile de croire aujourd'hui que les tablettes, outils de convergence par excellence, remplaceront les ordinateurs de bureau ou portables.

 

Nombre des industriels présents considèrent encore que les générations d'appareils devront évoluer avant d'être complètement à même d'être des appareils centraux. On utilisera de plus en plus les tablettes en mobilité, et dans le cadre d'entreprise, certes, mais elles sont encore loin de pouvoir réaliser le travail opéré sur ordinateur. 

 

Tom Cook, PDG d'Apple n'a pas forcément tort : les tablettes deviendront à terme un marché plus important que les PC, c'est en effet « tout simplement une question de temps ».