Les ventes de readers en berne, la faute aux tablettes

Clément Solym - 05.03.2012

Lecture numérique - Lecteur eBook - readers - tablettes - ventes


Le premier trimestre de 2012 a des airs de Jeudi noir pour le marché des readers, puisque les prévisions estiment les ventes de readers à encre électronique à 2 millions d'exemplaires, un chiffre très décevant par rapport aux 9 millions qui avaient clos 2011. La raison de ce soudain désamour se lit sur l'écran des tablettes, qui séduisent plus facilement les acheteurs.


L'offre commerciale des readers a pu profiter de l'entrée de la technologie E-Ink (encre électronique) pour convertir les réticents à la lecture sur écran. Grâce à cet affichage particulier, l'expérience de la lecture était qualitativement à la hauteur du papier. Ergonomie et confort représentaient alors les meilleurs atouts pour les readers.

 

Cependant, les cartes ont été rebattues par l'arrivée massive des tablettes, avec en tête les deux produits-phares que sont l'iPad et le Kindle Fire. Et le reader a tiré la mauvaise main, ou en tout cas la moins impressionnante face à ses cousines un peu trop tape-à-l'oeil : multitâches, équipées de caméra et d'un écran couleur, les tablettes font définitivement pencher de leur côté la carte bancaire du consommateur potentiel.

 

Première victime du Kindle Fire, Amazon lui-même, qui voit ses ventes de readers (Kindle et Kindle Touch) considérablement chuter. Digitimes Research, à l'origine des estimations, note que « le lancement de la tablette Kindle Fire a entraîné un effet de substitution avec le reader Kindle, forçant Amazon a revoir à la baisse les commandes de composants auprès des fournisseurs. »

 

Anthony DiClemente, analyste chez Barclays, prévoit 17,1 millions de Kindle Fire vendus pour la fin 2012, soit 1,3 million de moins que ses premières prévisions. Et, comme on pouvait s'y attendre, le reader Kindle ne dépasserait pas les 18 millions d'exemplaires écoulés. Avec 2 millions de reader, tous modèles confondus, pour commencer l'année, la terminer en beauté sera pour le moins délicat...

 

Pour trouver preneur, les readers n'ont plus qu'à espérer la mise au point rapide d'un écran à encre électronique en couleur, qui permettrait de contrebalancer les atours de leurs concurrents directs. Digitimes Research est en tout cas persuadé que les readers ont un avenir, puisqu'il avance le chiffre de 60 millions d'unités vendues pour l'année 2015, pour 22 millions et des poussières en 2011.

 

Des tablettes distraites...

 

Ces mêmes tablettes qui pourtant donnent des sueurs froides aux professionnels, en ce qu'elles deviendraient des outils de distraction plutôt que de lecture. 

C'est peut-être là la lecture cacophonique du XXIe siècle : avec une tablette, on bascule de la lecture stricto sensu, à une lecture de distraction, dans laquelle il semble plus compliqué que jamais de se concentrer. Un peu comme de cuisiner quand une marmaille d'enfants vous court dans les pattes, explique un utilisateur du Kindle Fire : il faut constamment exercer une attention sur le comportement des enfants, et le temps de cuisson. (voir notre actualitté