Limiter le prêt d'ebooks, un impact dramatique pour les usagers

Heulard Mégane - 08.08.2019

Lecture numérique - Législation - ebook coût bibliothèque - prêt numérique - éditeurs Macmillan


La récente annonce de Macmillan de généraliser l’embargo sur le prêt d’ebooks soulève les critiques auprès des bibliothèques publiques. Lisa Rosenblum directrice des bibliothèques du Comté de King (État de Washington) a publié, sur leur site officiel, une lettre expliquant les difficultés qu’engendrerait cette décision. 

Diving into Digital Books 2
Jennifer LaGarde, CC BY SA 2.0

 
Macmillan Publishers, l’un des 5 plus gros éditeurs des États-Unis, a pris la récente décision de limiter l’accès aux livres numériques dans les bibliothèques publiques. 

Les établissements ne pourront se procurer qu’un seul exemplaire de chaque titre, avec accès perpétuel, pour 30 $, assorti d’un embargo de huit semaines sur l’achat d’exemplaires supplémentaires. L’offre ne sera valable que pour les nouveautés, pas le fonds.

Tout exemplaire supplémentaire sera facturé 60 $, passé ce délai, et les conditions commerciales restent
inchangées. Autrement dit : deux ans de disponibilité, ou 52 prêts, au terme desquels il faudra racheter le titre. 
 

Des usagers très impliqués dans le numérique


La décision de Macmillan est fondée sur le principe que les bibliothèques publiques nuisent aux bénéfices des éditeurs en offrant un accès gratuit aux livres numériques. Le groupe KCLS compte près de 50 bibliothèques et dessert plus d’un million de résidents. Ses usagers auraient « téléchargé près de cinq millions de livres numériques et de livres audio l’année dernière », selon Lisa Rosenblum

La directrice du groupe explique que « KCLS a dépensé plus de 2,3 millions de dollars uniquement en livres électroniques depuis juillet dernier. En fait, KCLS a été l’un des premiers groupes de bibliothèques à lancer une plate-forme ebook et a travaillé avec les éditeurs pour promouvoir les formats numériques. Maintenant que la demande de livres électroniques dépasse la presse écrite, les éditeurs changent les règles ».

Wanda Brown, président de l’American Library Association, assure dans un communiqué : « Lorsqu’une bibliothèque desservant plusieurs milliers de personnes ne possède qu’un seul exemplaire d’un nouveau titre au format ebook, c’est la bibliothèque — et non l’éditeur — qui est remise en cause. C’est la bibliothèque locale qui est perçue comme ne répondant pas aux besoins de la communauté. »
 

Les bibliothèques contraintes dans leur action


Pour comprendre l’impact de la décision Macmillan, il faut la mettre en perspective. Les bibliothèques maintiennent les ratios « Achat à conserver » afin de minimiser les temps d’attente pour les titres populaires. En tant que grand système de bibliothèque, KCLS maintient un ratio de 5 : 1. Cela signifie que pour cinq mises en attente sur un titre, KCLS achète un exemplaire pour garantir un délai d’attente maximal de trois mois. 
 
« Pour illustrer cela, après des mois dans le Top 5 des livres numériques de KCLS, le best-seller Where the Crawdads Sing, de Delia Owens possède encore 1 848 réserves sur 372 exemplaires. Educated: A Memoir, de Tara Westover compte 1089 prêts pour 358 exemplaires. Si KCLS avait été limité à une seule copie numérique de chacun de ces titres à forte demande et devait attendre huit semaines avant de pouvoir en acheter davantage, l’impact serait dramatique. Les clients pourraient éventuellement attendre des années plutôt que des mois pour leur ebook. »

Et de conclure : « KCLS, comme toutes les bibliothèques publiques, considère que sa mission principale est de fournir un accès libre et égal à l’information. Si les bibliothèques sont privées de ce rôle essentiel dans le numérique, une réponse publique unifiée est nécessaire. »


Commentaires
Tout ce qu'Ils y gagnerons, c'est une recrudescence des piratages.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.