Lire d'abord, payer ensuite : une autre économie du livre

Clément Solym - 31.01.2012

Lecture numérique - Usages - ebook - offrir - payer


La question du modèle économique pour les livres numériques - mais par extension pour l'édition - est toujours loin d'être figée. La mutation installée du secteur, au moins aux États-Unis, implique de nouvelles solutions et des expérimentations, comme l'avait démontré, dans la musique, le groupe Radiohead.

 

En octobre 2007, le groupe avait proposé de télécharger gratuitement son nouvel album, lancé en marge de la maison de disque du groupe. En contrepartie, le groupe proposait de verser ce que l'internaute jugeait bon. 

 

C'est dans un contexte similaire que John Evans vient de mettre en téléchargement Swarm, Invisible Armies et d'autres ouvrages.

 

C'est dans TechCrunch que ce dernier a expliqué son principe autour de ce technothriller. « À la fin, dans plusieurs décennies à partir d'aujourd'hui, la plupart des livres et des romans seront gratuits à lire, et leurs lecteurs décideront si, et combien, ils souhaitent payer après leur lecture. »

 

C'est ainsi qu'est donc lancé son ouvrage : libre lecture, à télécharger depuis Feedbooks, la suite, c'est ailleurs qu'elle se déroulera.

 

« Quiconque souhaite payer pour un livre après l'avoir lu peut en acheter la version numérique sur l'iBookstore ou Kindle Store, à l'envi. C'est assez maladroit, je le sais : je m'attends à ce que dans le futur, les livres numériques seront proposés avec une interface Pay What You Want sur la dernière page. Mais, hé, il faut bien commencer quelque part. »

 

Évoquant Tim O'Reilly, qui parlait des pertes liées au piratage comme largement compensées par les avantages de la libre circulation de l'information, John opte donc pour un modèle expérimental. Une approche que Cory Doctorow a mise en place très rapidement. 

 

Seul couac : HarperCollins réclame les droits numériques du livre. Et John de déplorer les questions de droits internationaux, « un gâchis colossal » qui devrait s'imposer quelque temps encore.