Livre audio : les sous-titres d'Audible, “une violation du droit d'auteur”

Nicolas Gary - 22.07.2019

Lecture numérique - Législation - Audible audiolivres - fonctionnalité livre audio - violation copyright


La dernière fonctionnalité implémentée par Audible dans les livres audio ne devrait pas passer l’été. En effet, éditeurs, agents littéraires et auteurs montent au créneau, pour dénoncer la violation de droit d’auteur de son outil, Captions. Ce dernier transcrit en effet l’audio en texte, sans en avoir la moindre autorisation…

Surfer style
C'est pas l'homme qui prend la vague... tatatan – Stig Nygaard, CC BY 2.0
 

Il ne fallait certainement pas s’arrêter béatement à la petite annonce doucereuse qu’en avait faite Amazon : quand Audible propose son outil Captions, pour “sous-titrer” les livres audio, par l’affichage de textes, l’édition américaine en tombe de sa chaise. Le comble est qu’après des millions de dollars dépensés en promotion du format audio, Audible tentant le passage en force, va se retrouver contraint de mettre un terme à son gadget.

Captions, ou le légendaire mépris d'Amazon 

La firme a bien tenté de se défendre, assurant que Captions « ne reproduit ni ne remplace l’expérience de la lecture imprimée ou de livres numériques ». D’ailleurs, elle serait conçue « principalement pour répondre à un besoin réel en termes pédagogiques ». C’est-à-dire, permettre aux étudiants écoutant un livre, de pouvoir être davantage impliqués dans la lecture.

Problème : soit l’audiolivre, comme l’a défendu Audible, est un format à part entière, susceptible — de nombreuses études diffusées par la marque filiale d’Amazon tendaient à le démontrer — d’être pleinement immersif. Soit toute la communication de la firme vient de prendre une volée de bois vert.

Dans tous les cas, Audible ne dispose pas des droits pour afficher le texte du livre : le format audio est distinct de celui imprimé, ou numérique, et faire coexister les deux sans l’autorisation expresse des éditeurs et ayants droit n’est simplement pas possible.

Auteurs, éditeurs, agents font barrage

Le groupe Simon & Schuster s’est fendu d’une déclaration sans appel : « Nous avons informé Audible que nous considérions son programme Captions comme une violation non autorisée et flagrante des droits des auteurs et des éditeurs. Et une contrefaçon de nos conditions de vente. Nous avons donc insisté pour qu’Audible n’inclue dans Captions aucun des titres dont Simon & Schuster détient les droits audio et texte », rapporte Publishers Weekly.

Le groupe a rapidement été suivi par l’Association of American Publishers et l’Authors Guild : les organisations de défense des éditeurs et des auteurs ne disent cependant pas autre chose. Les contrats signés avec Audible ne donnent en aucun cas à l’entreprise le droit de créer un texte, depuis la voix du livre audio. Et l’AAP comme l’AG assurent qu’elles examinent les mesures à prendre. Cette dernière souligne par ailleurs qu’un pareil outil entraînerait une diminution significative des ventes d’ebooks, et donc moins de revenus pour les auteurs.

Captions est actuellement en phase bêta, jure Audible, cherchant une fois encore à se dédouaner, et la solution n’a pas encore été officiellement présentée aux éditeurs. La filiale d’Amazon jure d’ailleurs qu’en septembre, lors du lancement officiel, tout le monde saisira l’importance de cet outil. 

En outre, Audible se moque gentiment de son monde, puisqu’une communication a déjà été lancée — vidéo à l’appui — pour dévoiler au monde entier cette fonction. 

Pédagogie ? Avec des best-sellers de masse ?

Pour Wendy Strothman, agent littéraire, l’arrogance d’Audible n’a pas de limites : « Je ne vois pas où la pédagogie entre en jeu », indique-t-elle. Et de pointer que l’un des titres qui sert à la version bêta n’est autre que le super best-seller de Michelle Obama, Becoming. De quoi laisser comprendre que la société destine clairement son produit au grand public, en s’appuyant sur les meilleures ventes. 

Michelle Obama
“Really ?” Tim Pierce, CC BY 2.0

 
« Étant donné que la fonctionnalité n’est pas encore disponible, nous discutons avec les fournisseurs de contenu afin de dissiper une certaine confusion quant au fonctionnement de Audible Captions et l’expérience des auditeurs. » Étaient en effet évoqués en plus l’apparition d’un dictionnaire et d’un outil de traduction, pour mieux suivre et comprendre les textes. L’expérience des avocats de l’édition pourrait ne pas manquer de piment, en audio, comme en texte.

La fin de l’histoire devrait s’écrire à peu près comme en 2009, quand le Kindle 2 avait mis à disposition une fonctionnalité de lecture, Text-to-Speech, pour les livres numériques. N’ayant pas les droits d’exploitation d’un format audio, cette synthèse vocale s’est éteinte dans un gargouillis d’agonie : les éditeurs avaient obtenu que la fonction ne soit pas opérationnelle avec leurs ebooks.  

Amazon, se drapant dans sa dignité, avait alors abandonné le projet, tout en soutenant Mordicus que Text-to-Speech était tout à fait légal. Plutôt que de risquer de perdre des partenaires, en imposant TTS, le choix avait été laissé aux éditeurs. Et rares furent ceux qui acceptèrent. 


Commentaires
Merci pour l'information
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.