Livre numérique en Espagne : les petits éditeurs s'adaptent

Clément Solym - 06.02.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Espagne - Livre numérique - Editeurs


Quoi qu'on en dise, les problématiques sur la question du livre numérique sont les mêmes partout. Et ce n'est pas l'exemple espagnol qui va le contredire. Et si après tout, l'Espagne est le deuxième marché du livre numérique en Europe après l'intouchable Grande-Bretagne ? Le royaume ibère en prend en tout cas le chemin, et les éditeurs ont compris les évolutions nécessaires à l'adaptation à ce nouveau marché.

 

Beaucoup d'éléments attestent que l'Espagne et notamment l'Éducation nationale se mettent à l'heure du numérique. « Qu'on le veuille ou non, les nouvelles technologies sont là pour rester, et il est clair que le système éducatif a besoin de changements » témoigne un professeur à l'occasion de la sortie d'un livre consacré aux outils numériques et à la scolarité.

 

Autre preuve, on avait pu observer à l'occasion du Salon du livre en Espagne que les éditeurs ne perdaient pas de temps, et il apparaît désormais que ce sont les petits qui vont tirer au mieux leur épingle de la nouvelle donne numérique.


 

Les petits éditeurs profitent d'une plus grande marge de manœuvre au niveau marketing et commercialisation. « La structure des petits éditeurs fait que nous sommes plus flexibles et nous pensons donc que nous pouvons très bien nous adapter » confirme Enrique Redel de chez Impedimenta.

 

240 ans après les Pères fondateurs, les révolutions américaines s'exportent donc toujours.

 

La situation était visible outre-Atlantique et elle est aujourd'hui plus ou moins la même en Espagne, à une échelle toutefois moindre :  les petits éditeurs se montrent de plus en plus présents sur Internet.

 

Une présence accrue donc, et qui doit, comme aux États-Unis, beaucoup aux volontés communes des éditeurs et des designers pour rendre le livre numérique plus attrayant. « Maintenant, notre travail consiste à ce que les livres soient séduisants sur les nouvelles formes de bibliothèques » explique la conceptrice chez l'éditeur catalan Grup62, Begona Berruezo. Un constat partagé par l'éditeur Enrique Redel qui confirme que les œuvres digitales nécessitent « une créativité spécifique ».

 

Cependant, certains tentent de résister face à l'avancée inéluctable du livre numérique. Certains qui comme Lucia Etxebarria ont décidé faire la grève du stylo au nom de la lutte contre le piratage. Une attitude qui, visiblement, n'a pas enrayé le progrès.