Livres audio : Les écrivains partagent leurs lauriers avec les conteurs

Julien Helmlinger - 20.08.2014

Lecture numérique - Usages - Livres audio - Audie Awards - Conteur


Le monde des audiobooks, tout comme celui des livres plus traditionnels que l'on lit généralement chacun pour soi et en silence, possède aussi ses lauriers littéraires. Ainsi, chaque année depuis 1996 l'organisation non caritative Audio Publishers Association désigne notamment ses propres lauréats au cours du mois de janvier. Avant de leur décerner leurs Audie Awards au printemps suivant, à l'occasion de son gala annuel. Cette année, une trentaine de catégories était honorée. Et là où la lecture se consomme en dressant l'oreille, le conteur mérite sa part de gloire.

 

 

CC by SA 2.0 par Jeff Golden

 

 

Les acteurs tiennent peut-être avec le livre audio un bon filon de reconversion. Ainsi, David Suchet, connu pour avoir campé le rôle de Hercule Poirot pour la télévision britannique, a eu le privilège de conter la Bible. Une oeuvre qui selon lui a toutes les raisons d'être ancrée dans la tradition orale, comme en témoignerait l'expression de « parole du Seigneur » récurrente au fil de l'ouvrage. En effet, l'antique best-seller s'étant à l'origine adressé à un public constitué d'une grande majorité d'illettrés pour généralement une poignée de lecteurs par paroisse, la formulation semble parfaitement adaptée au défi éditorial. 

 

C'était « quelque chose que j'ai toujours voulu faire depuis que je suis acteur », confiait Suchet au moment de la publication, ajoutant que la sainte entreprise numérique aura tout de même nécessité de passer près de 200 heures en studio, pour en enregistrer 80 de narration au final. En somme, prêcher la bonne parole dans l'industrie du livre audio ça peut parfois relever de la croix et la bannière. Mais l'acteur explique avoir pris du plaisir en déclamant ces textes avec un casque diffusant sa propre voix dans ses oreilles.

 

Une activité « bizarre » quand on n'en a pas l'habitude, ajoute-t-il, mais un plaisir que partagent d'autres conteurs, comme la romancière Joanne Harris. Cette dernière s'est amusée à déclamer et enregistrer certaines de ses propres histoires courtes issues de son recueil A Cat, A Hat and a Piece of String. En l'entendant lire à voix haute, activité qu'elle confie beaucoup apprécier, on lui avait conseillé de réaliser elle-même la version audio de son livre. Elle a franchi le pas, avec l'envie de « faire un essai ».

 

Le verdict de l'écrivaine, agrémenté d'une préconisation diététique d'un véritable professionnel de l'enregistrement : « C'était amusant. J'ai eu un sympathique producteur assis là en me disant de reprendre. Vous êtes assis dans la cabine de prise de son avec un grand bol de bananes, car apparemment les bananes constituent le seul aliment qui arrête les grondements du ventre. Je n'ai jamais mangé autant de bananes. » Conteurs en herbe, vous voilà mis au parfum.

 

Pour le meilleur comme pour le pire

 

En mai dernier, ont notamment été nominés aux Audie Awards des auteurs et leurs conteurs comme Malala Yousafzai, lue par l'actrice britannique Archie Panjabi, ou encore la juge américaine et désormais écrivaine Sonia Sotomayor, lue quant à elle par l'actrice oscarisée Rita Moreno, toutes quatre en la catégorie Mémoires. Mais le Business, la Fiction ou encore les titres Jeunesse comptaient également parmi les registres représentés à l'occasion de la remise de prix.

 

Car l'on peut désormais trouver des livres audio de tous les genres, dont certains gracieusement mis en ligne, même si la demande ne semble pas toujours comblée. Notamment celle des publics ayant de réelles difficultés d'accès à la lecture. Malheureusement on en trouve aussi de toutes les qualités. Or tout adepte de la lecture audio sait combien le timbre de voix et le rythme de lecture sont cruciaux pour l'auditeur. Un conteur peut perdre son public en deux phrases si ces deux éléments ne sont pas réunis.

 

Et quand l'écriture originale est excellente, le massacre n'en est que plus douloureux. ActuaLitté vous épargnera donc le pire, mais en revanche les amateurs de Lovecraft apprécieront peut-être de jeter un coup d'oreille aux lectures d'un certain Plissken the Hedgehog sur Youtube. A écouter à la lueur des bougies. (via CalgaryHerald)