Livres en streaming : Yeerida veut convaincre les lecteurs d'Italie

Florent D. - 02.05.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - lecture livres abonnement - Yeerida streaming - Italie lecture livres


Le développement des offres de lecture en streaming se poursuit en Italie. Depuis 18 mois, plusieurs offres se disputaient le marché, que ce soit celle de l’Américain Kindle Unlimited, ou des sociétés locales. Le marché comptera désormais un nouvel acteur de l’offre d’abonnement, Yeerida, une start-up fondée par trois jeunes originaires de Turin. Encore en phase bêta, leur projet se déploiera officiellement au mois de juin. 

 

 

 

Yeerida repose sur un système de lecture en streaming totalement gratuit, s’inspirant de choses déjà connues. C’est la publicité qui va en effet financer les pages dévorées, avec 60 % de reversement pour les éditeurs et les auteurs indépendants qui abonderont au catalogue. 

 

Éditorialement, les trois fondateurs, Federico José Bottino, Jacopo Maria Vassallo et Fabrizio Vargas Bosco, ont souhaité se concentrer sur des textes spécifiques : poésie, histoires courtes et récits inédits. La culture de la qualité devra primer, mais, pour attirer l’attention, des œuvres du domaine public sont également disponibles. On les trouve en italien, mais également dans la langue originale.

 

À ce jour, une vingtaine de maisons ont signé avec Yeerida, et l’auteure Anna Paola Bosi a déjà publié un premier texte original, Superminiwonderwoman

 

Chaque éditeur peut disposer de la période durant laquelle ses ouvrages seront accessibles : l’idée est alors de pouvoir profiter d’une période de promotion spécifique et des outils que les start-upers auront mis à disposition pour assurer un marketing propre. 

 

Bien entendu, les trois fondateurs se présentent comme un Spotify du livre numérique. « Nous avons été en mesure de faire comprendre aux éditeurs que, pour la promotion de leur travail et l’augmentation de leurs ventes de livres papier, ils doivent donner un contenu de qualité sous une forme libre en ligne », expliquent-ils sur leur page Facebook. 

 

Les types sortent plutôt d’école de commerce que du monde du livre – leur société est en effet issue de l’incubateur Politecnico di Torino, à Turin. À cette dimension de lecture, ils ont également ajouté des outils de réseautage, avec la possibilité d’interagir entre utilisateurs, ainsi que des solutions pour annoter, commenter et partager. 

 

Cette dimension sociale leur permettrait d’ailleurs de se distinguer des offres actuelles, soulignent-ils. Depuis l’ouverture en mars, quelques milliers d’utilisateurs sont venus se frotter à cette offre. « Les partenaires que nous recherchons sont principalement des maisons d’édition indépendantes et des écrivains qui veulent proposer des œuvres publiées ou non encore parues. »

 

Yeerida repose par ailleurs sur un site internet qui s’adapte à la taille des écrans – pas encore d’applications déployées.