Macmillan lance un programme de prêt de livres numériques

Antoine Oury - 25.01.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - Macmillan - prêt ebooks - bibliothèques


2013 signera-t-elle le dégel des relations entre éditeurs et bibliothécaires, autour de la question du prêt de livres numériques ? Le patron de la maison John Sargent l'avait annoncé dans ses voeux, l'initiative est désormais officielle : Macmillan se lance dans un programme pilote pour proposer ses titres, en numérique, dans les établissements de prêt.

 


Diving into Digital Books 2

lib-girl, CC BY-SA 2.0

 

 

En première ligne du prêt numérique en bibliothèque, le programme paie sa place au prix de l'audace, avec une première salve de titres limitée à 1.200 ouvrages, tous issus de la filiale Minotaur Books, spécialisée en crime et mystère. Le catalogue sera distribué par OverDrive, 3M et Axis 360 de Baker & Taylor's, 3 poids lourds du secteur. 

 

« Parmi les titres que nous publions, le crime et le mystère représentent une large part de notre production, dont Minotaur Books est la source. Et, puisque les bibliothèques ont toujours été les plus grands clients de Minotaur Books, ce programme devrait fournir aux clients les livres qu'ils souhaitent » a expliqué John Sargent, PDG de Macmillan.

 

Le maître mot de l'opération reste donc la prudence : pour preuve, les titres ne seront disponibles que 2 ans, par ailleurs la durée prévue du programme pilote, ou... 52 prêts. Autant dire qu'il faudra être prompt pour charger un best-seller sur son lecteur ebook, d'autant plus qu'un seul prêt par exemplaire sera possible. Toutefois, Alison Lazarus, directrice des ventes, a confirmé que le programme pourrait être étendu à d'autres catalogues, voire même, idéalement, prolongé au-delà des 2 années prévues.

 

Au niveau du prix, Macmillan assure qu'il sera le même quel que soit le distributeur : du côté d'OverDrive, la somme de 25 $ par titre a été avancée. Le programme apparaît donc comme un entre-deux entre celui d'Harper Collins (qui limitait à 26 le nombre de prêts) et de Penguin (qui limite à une année la disponibilité des livres). Deux fois plus ambitieux, le programme de Macmillan a été salué par Maureen Sullivan, présidente de l'American Library Association.