Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Manuels scolaires : avant iBooks, le Dynabook

Clément Solym - 08.02.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Alan Kay - tablette - Dynabook


Il faut remonter quarante ans en arrière, pour percevoir les prémices d'une réflexion autour du livre sacré des écoliers, le manuel scolaire.

 

Le concept du Dynabook tient en ces quelques mots : « un ordinateur personnel pour les enfants de tous âges ». L'informaticien Alan Kay a porté le projet de Dynabook, un outil éducatif qui n'avait rien à envier à l'iBooks. Et ce projet date de 1968...

Peut-être pas encore de l'interactif, mais on retrouve les grandes lignes des tablettes et autres ereaders. Le projet parie sur ceux qui manipulent l'information, « portable et personnelle », enfants et adultes. « Cela peut être considéré comme de la science fiction, mais la tendance est à la miniaturisation, à la réduction de coûts et tout ce qui suit se passera dans un futur proche », indique la note...

C'était bien vu de la part d'Alan Kay. Le Dynabook, ça donne quoi ? Possibilité de lecture, de jouer d'un instrument, des jeux,... avec une portée éducative. Côté design, le Dynabook ressemble étrangement à une tablette ou à un lecteur ebook, même si le clavier est toujours là (Alan Kay ne pouvait pas non plus penser à tout). Un écran de 8.5 x 11 avec une résolution de 500.000 pixels était prévu .

« Nous n'avons pas le sentiment que la technologie est plus nécessaire que ne l'est le livre. Mais cela peut néanmoins fournir un livre véritablement amélioré, actif, à l'image des enfants, et non passif ». Bref, une vraie claque pour le manuel scolaire classique. Et comme chez Apple, même soucis de réduire les coûts. Malheureusement, ce projet n'a jamais abouti.