Marché du livre britannique : plus d'achats, moins de dépenses

Clément Solym - 15.02.2012

Lecture numérique - Usages - Dépenses - livre papier - achat


La société BML, par le biais de son programme Books and Consumers étudie le marché du livre britannique. Le site PRWEB a présenté un aperçu de l'étude qui sera intégralement dévoilée en mars. En 2011, la vente d'ebooks a compensé la baisse des ventes de livres papier, mais seulement en termes de volume. Pour les dépenses totales, c'est une autre histoire.

 

La période couverte par l'étude va de janvier 2011 à novembre 2011 et montre que les ventes de livres papier ont baissé de 4 % et de 6 % en ce qui concerne les dépenses, en comparaison de 2010. En intégrant le livre numérique dans le calcul, les ventes progressent de 0,4 % et les dépenses baissent de 3%. « Nous constatons une remarquable période de changement dans l'industrie du livre », a indiqué le directeur général de BML, Jo Henry.

 

 

 

En observant à la loupe les ventes d'ebooks par genres, Books and Consumers a établi qu'en 2010, les ventes de livres numériques de fiction pour adultes avaient progressé de 2,8% (mois de décembre 2010) et 12,5 % (mois de novembre 2011).

 

Les 60-75 ans : une catégorie de poids

 

La progression des ventes contraste tout de même avec le chiffre des dépenses totales. Étant donné le prix des ebooks, bas, les dépenses pour le livre numérique, toujours dans la catégorie fiction pour adultes, ne représentent que 7,1%.

 

En effet, les prix des ebooks a légèrement augmenté, mais de façon beaucoup moins significative que pour le livre papier. Il faut compter 3.39 £, en moyenne pour un livre numérique, 4.96 £ pour le livre de poche et 7.08 £ pour les livres reliés.

 

Plus surprenant, ce sont les 60-79 ans qui dépensent le plus pour les ebooks. Ils pèsent un quart du marché du livre numérique. L'étude sera présentée en intégralité lors d'une conférence le 29 mars.