Marketing et vente du livre dans l'environnement numérique

Clément Solym - 14.02.2013

Lecture numérique - Usages - promotion - marketing - univers numérique


Que l'on soit auteur indépendant ou signé par une grande maison, la question est toujours la même : comment promouvoir son ouvrage, et parvenir à toucher le public. S'est tenue lundi une conférence Tools of Change/Publishers Weekly Author (R)Evolution, traitant de cette question. Les réponses sont à noter.

 

 

 

 

Mark Lefebvre, directeur des relations Autoédition et Auteurs chez Kobo, a été clair : « Ne me demandez pas ce que la promotion peut faire pour vous, mais demandez-vous si ce que vous allez faire vaut la peine ? » La prescription est toujours un problème, et attirer le public et les lecteurs nécessite que l'on mette au point une campagne marketing adaptée au public.

 

« Le même genre d'alchimie ne fonctionne pas pour tous les écrivains et les livres », assure Elizabeth Keenan, directrice de la publicité pour Hudson Street Press and Plume. Ainsi, le succès d'une Anne Rice sur les réseaux, Twitter et Facebook, provient de ce que l'auteure a son noyau de fans déjà acquis, depuis le temps. 

 

Ainsi, investir des milliers d'euros dans une société pilotant le compte Facebook d'une maison d'édition, comme c'est de plus en plus le cas en France, est un mouvement qui semble s'essouffler outre-Atlantique. Communiquer sur les réseaux sociaux n'implique pas la vente, et les investissements peuvent passer ailleurs.

 

D'ailleurs, souligne Lefebvre, un million de followers sur Twitter ne signifie pas que l'on aura des ventes directes et constatables. La curation et la recommandation sont des éléments, certes, mais pas une science exacte. Finalement, le meilleur conseil que l'on puisse donner, c'est de s'adapter aux conditions et reviser en permanence la prescription. 

 

Remettre en questions les méthodes passées, c'est toujours le meilleur moyen de rester vigilant sur les méthodes de promotion - quitte à renoncer à ce que l'on avait l'habitude de mettre en place. Le monde numérique, mouvant, contraint de toute manière à recommencer. 

 

Pour Elizabeth Keenan, directrice de la publicité chez Penguin, la promotion est « un travail à temps complet pour que cela fonctionne ». Citant plusieurs exemples d'expérimentations, elle évoque l'un des auteurs qui, après quatre ouvrages et trois heures passées chaque jour sur les réseaux, a constaté une véritable incidence sur le chiffre d'affaires. 

 

Les méthodes classiques restent toujours fiables : en offrant du contenu gratuit, qui attire le lecteur, en lui permettant de découvrir des morceaux de livre, on met en relation directe. Et surtout, on offre au lecteur de pouvoir définir si l'ouvrage est bien pour lui. À ce titre, le marketing numérique, la communication sur les sites internet, même la publicité, sont autant de solutions qui peuvent fonctionner. Et justement, attirer l'attention sur des extraits inédits permet de solliciter l'attention des lecteurs de façon plus concluante. 

 

Dans tous les cas, les opportunités et les modalités de promotion n'ont qu'une seule limite : l'imagination.