Le Mechanical Turk d'Amazon augmente ses tarifs d'intermédiaire

Nicolas Gary - 24.06.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - marketplace Amazon - Mecanichal Turk - tâche humains ordinateurs


Le service Mechanical Turk d’Amazon est une place de marché par laquelle des travailleurs se voient proposer des tâches à opérer. Ces derniers, des humains, occupent alors la place et l’activité que des ordinateurs ne peuvent pas effectuer. Et pour la première fois depuis 2005, la société va augmenter le pourcentage qu’il récupère sur les transactions.

 

Peek-a-Boo

peacenik1, CC BY NC ND 2.0

 

 

La machine se perfectionne, mais l’humain, pour faillible qu’il soit, reste encore l’appareil le plus efficace pour réaliser certaines actions. Pour exemple, décrire le contenu d’une image, ou vérifier des milliers de commentaires, pour détecter les frauduleux, sont des éléments récurrents de la vie sur internet. 

 

Les ordinateurs ne parviennent en effet pas encore à traiter des données de ce genre. Ces postes servent souvent à stimuler le profil d’un produit, en éliminant les commentaires issus de robots, et d’autres désagréments liés à internet. En l’état, il semble que les chercheurs universitaires soient les plus importants clients de Mecanical Turk : ces tâches mécaniques qu’opèrent des êtres humains consistent souvent à traiter des flots de données, pour en extraire quelques éléments prédéfinis.

 

Le Mechanical Turk a été lancé en 2005 par Amazon, pour la réalisation de tâches multiples. On y recourt également pour des opérateurs de traductions partielles ou complètes, mais également de la retranscription de documents, ou encore l’écriture de texte. 

 

Parmi les plus grandes œuvres – et remarquablement incongrues –, on peut noter la traduction de Moby Dick en emoji. En effet, 800 personnes y avaient pris part, et Fred Beneson avait par la suite regroupé les différents apports avant de les proposer à la vente, dans un financement participatif.

 

Et pour quelques pourcentages de plus...

 

Les travailleurs derrière le Mecanical Turk sont payés quelques cents, et travaillent souvent dans des pays comme l’Inde. Pour tout ce beau monde, la situation va être un peu plus douloureuse à compter du 22 juillet.

 

En effet, Amazon a décidé d’augmenter la commission perçue sur les transactions de cette marketplace, en passant de 10 à 20 %. Les tâches qui impliquent 10 personnes ou plus seront soumises à une redevance de 20 %. Et bien souvent, les demandes émanant d’universitaires peuvent impliquer des centaines de personnes travaillant simultanément sur des documents. 

 

Ce modèle de crowdsourcing est particulièrement plébiscité, pour ce qu’il permet de traitement de données. Ainsi, Kristy Milland, étudiante en psychologie à l’université de Ryerson, à Toronto, explique investir près de 1500 $ mensuellement, dans les outils du Turc Mecanique – pour étudier des données démographiques.

 

Cette hausse des tarifs est essentielle, justifie Amazon, pour assurer l’innovation et la qualité de service qui font la renommée de cette machine de guerre. « Ces changements nous aideront à mieux servir notre communauté, tant du côté des Demandeurs que des Travailleurs. »

 

Mais pour beaucoup de Demandeurs, comme Kristy, l’investissement se fait sur leurs deniers propres. La hausse de tarifs impliquerait alors de faire travailler moins de personnes sur les études de documents, et donc disposer d’une moins grande efficacité... (via Wall Street Journal)