Maurice Sendak : Je déteste les livres numériques

Clément Solym - 13.05.2012

Lecture numérique - Usages - Maurice Sendak - lecture numérique - ebooks


« Je refuse de mentir aux enfants », avait assuré Maurice Sendak, l'auteur jeunesse, décédé la semaine passée à l'âge de 83 ans. En octobre 2011, il répondait au Guardian, évoquant toute cette carrière qu'il avait désormais clairement derrière lui.  

 

Ce fut l'occasion d'un passage en revue de tout ce qui le contrariait, l'agaçait, ou l'amusait. Pour exemple, ce chien, Herman, un berger allemand, qui accueille les visiteurs. Avec une plaisanterie ajoutée qu'on ne lui soupçonnerait pas : « Il ne sait pas que je suis juif. »

 

Gloups...

 

Les Maximonstres...

 

L'intégralité de l'entretien est  à redécouvrir ; pour peu que l'on se souvienne un peu de la vie et des oeuvres de Sendak, il en deviendra même passionnant. Avec cette introduction, presque hilarante...

 

Ebooks : « I hate them. It's like making believe there's another kind of sex. There isn't another kind of sex. There isn't another kind of book! A book is a book is a book. »

 

Même les plus grands ont leurs limites.

 

Probablement ce qui les rend si grands d'ailleurs. 

 

Retrouver les livres de Sendak

dans notre librairie

 

 

 

 

 

 

 

Dans les circonstances qui étaient celles connues, Rupert Murdoch, le magnat des médias, en prenait également pour son grade. « Il possède Harpers [NdR : HarperCollins, filiale de News Corp, la grande maison de Murdoch] et que pense qu'il possède le reste du monde aussi. Il incarne toute la dégradation de notre monde. Mais je ne connais pas de meilleure maison. Elle est en difficulté. Elles le sont toutes. »

 

A Lire :

Monstres d'enfants : Les croque-mitaines du livre jeunesse

 

« Chaque parent doit être un peu en deuil aujourd'hui et, pour chaque enfant ayant grandi avec ce livre, Max et les Maximonstres, c'est un triste jour », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche.
Ces dernières années, Maurice Sendak avait travaillé comme créateur de costumes et de décors pour l'opéra et le ballet au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il disait détester vieillir et voir ses amis partir. Concernant sa propre mort, il disait : « Je suis prêt ».

 

Dans un communiqué, la directrice de Random House Children's Publishing, Philippa Dickinson, lui a rendu hommage : « Maurice Sendak a étonné et ravi des générations entières d'enfants, à travers le monde, avec des livres remarquables, et nous pleurons ici la mort de son immense talent. » Son éditeur français, L'Ecole des Loisirs avait diffusé plusieurs photos de personnalités politiques en train de lire et mimer et vivre, littéralement, les aventures des Maximonstres (voir notre actualitté)