Mitterrand : abroger Hadopi est une « proposition du passé »

Clément Solym - 28.09.2011

Lecture numérique - Législation - mitterrand - telechargement - hadopi


Confiant mais aussi visionnaire, le ministre de la Culture a estimé mardi que la proposition socialiste d'abroger Hadopi est une « proposition du passé », à la clôture de la convention de l'UMP consacrée à la culture, rapporte l'AFP.


Pour le ministre de la rue de Valois, abroger Hadopi reviendrait à « asphyxier l'essor de l'offre légale en ligne, alors même que des nouveaux acteurs européens, comme Deezer ou Spotify pour la musique, sont en plein développement. »

Quoique ces derniers offrent des écoutes de musique gratuites de plus en plus restreintes comme produits d'appel afin de diriger les internautes vers une offre payante répondant du label PUR de la Haute autorité. (notre actualitté).

Il a par ailleurs ajouté que la proposition de Martine Aubry de remplacer le dispositif de réponse graduée par la licence globale n'était pas viable financièrement puisque « les recettes issues d'un tel dispositif seraient bien insuffisantes.

Pour ce bilan culturel de l'UMP, le ministre a contredit une nouvelle fois les socialistes qui dénonce une « dépression culturelle en France » : « il n'y a pas de désespérance culturelle en France » a-t-il souligné tout en saluant le bilan du quinquennat Sarkozy.

Dépression ou pas, si ces prémices se ressentent chez certains, elles risqueraient d'exploser prochainement si l'objectif d'Hadopi reste de défendre les majors qui font de l'argent grâce aux créateurs et non la création, comme il a été facile de constater avec la diffusion des promo-clips Hadopi mettant par exemple en avant une petite Julie Clouzel, future auteure d'un best-seller, qui ne pourrait pas recevoir le prix littéraire de l'année 2032 sans le dispositif Hadopi (notre actualitte).