Mode d'emploi de la commercialisation sur iBookstore

Clément Solym - 06.01.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Autoédition - iBookstore - tutoriel


iBookstore est aujourd'hui le principal concurrent d'Amazon pour l'autoédition. Mais il ne se donne pas vraiment les moyens de ses ambitions. Alors qu'Amazon ne réclame que la création d'un compte et un fichier Word, iBooks demande aux auteurs de s'occuper des contrats, des formats de fichiers, des identifiants ISBN et tout ça dans iTunes Connect, l'interface floue de gestion d'Apple.

 

ITunes Connect est surtout connu pour être le site Web qui permet aux développeurs de soumettre leurs applications sur l'App Store et d'en suivre l'évolution des ventes et des téléchargements, mais si vous prenez le chemin menant à la publication sur iBookstore, il vous faut passer par là.

 

Et c'est ici que l'affaire se complique. Le site n'est pas des plus simples à utiliser, et pour cause, il est lent, très lent. Chaque chargement nécessite plusieurs minutes, et remplir la totalité de la paperasse contractuelle demandée par Apple requiert une journée entière en soi.

 

Un processus long et complexe

 

Parmi les données qu'il faut fournir à Apple, un ISBN. C'est un numéro international qui identifie les livres de manière unique, il est indispensable dans le processus de publication. En France, il est considéré comme mention légale et obligatoire devant figurer sur le livre. Vous pourrez l'obtenir en allant sur le site de l'AFNIL.

 

 

Bien sûr, tout cela n'a d'intérêt que si le texte est écrit et transféré sur la plateforme. Et là encore, l'auteur est sollicité. Alors qu'un fichier Word suffit chez Amazon, la validation d'un document sur iTunes se révèle bien plus compliquée. Amazon met en page votre fichier Word original tandis qu'iBooks laisse l'auteur lui-même procéder à toutes les mises en pages, conversions, etc.

 

Et la mise en page n'est pas le point fort d'Apple. Des applications permettent de créer des documents agréables et lisibles, mais iWork, la suite de logiciels de productivité et de bureautique d'Apple, n'est pas mis à jour depuis près de trois ans...

 

Témoin (et Moyen) âges

 

Des internautes ont mis en ligne leur parcours pour accéder à la publication via iBookstore. Si leur objectif est le même, les moyens employés et le souvenir qu'ils en ont diffèrent complètement.

 

Erica Sadun, du site spécialisé australien Tuaw, n'en a retiré que du négatif. Entre la signature du contrat, les demandes d'informations sur les différentes taxes et la communication des données bancaires, l'opération a pris plusieurs semaines. Petit rappel, l'édition sur Amazon prend quelques jours maximum. Son constat est simple : « iBooks doit simplifier l'édition pour les auteurs indépendants ». Amazon 1, Apple 0.

 

D'un autre côté, Thierry Crouzet, qui a travaillé notamment pour Soft & Mircro ou PC Expert, martèle que « La procédure est à la portée de tous les auteurs » et nous décrit pas à pas sa démarche pour publier chez iBooks.

 

Le problème majeur rencontré par Thierry Crouzet est qu'iBooks demande un US Tax ID, identifiant typiquement américain. Familier aux développeurs d'application sur l'App Store, il faut en demander un au gouvernement américain par courrier. Pas simple et encore moins rapide, mais selon lui « il semblerait que l'on puisse entrer un code bidon ». Facile.

 

Des solutions existent !

 

Et comme dans toute épopée antique digne de ce nom, des solutions extérieures permettent à notre héros/auteur de surmonter chaque difficulté.

 

Des maisons d'édition proposent leurs services pour les aider dans le chemin vers la publication. Ainsi, Lulu ou Smashwords aux États-Unis, Bookwire et Immateriel en Europe aident ces auteurs en leur fournissant numéros ISBN et soutien dans le dédale d'iTunes Connect.

 

Mais ce ne sont pas des mécènes pour autant. Ils laissent 50 ou 60 % de bénéfices à l'auteur, contre 70 % selon le modèle classique des livres autopubliés. Pour Erica Sadun, la déçue d'iBookstore, « Ils utilisent les difficultés d'iTunes Connect pour gagner de l'argent, alors que leur objectif initial devrait être de faciliter l'accès à l'édition ».

 

Autre entreprise à s'être engouffrée dans l'espace que laisse la difficulté de publier sur iBookstore, Bowker. Aux États-Unis, c'est le fournisseur exclusif des ISBN. Un numéro seul coute 125$. Bowker offre également des services gratuits, comme la création de codes-barres, nécessaires à la commercialisation.

 

On s'en doutait, c'est désormais confirmé. La publication via iBookstore n'est pas une sinécure, et ne permet pas comme Amazon une édition clé en main. Il apparait que le service qu'offre Apple ressemble plus à un outil de commercialisation que celui menant à une édition pure.


 

Mais ne serait-ce pas en train d'évoluer ?