Mondadori inaugure son partenariat avec Kobo en Italie

Clément Solym - 02.10.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kobo - Italie - Mondadori


Depuis juillet dernier, le groupe d'édition italien Mondadori a annoncé un accord de distribution avec la société Kobo, pour proposer à partir de la rentrée, dans quatre cents points de vente, les appareils de lecture du Canadien. La rentrée est bien entamée, et du côté de Mondadori, quelques révisions ont été passées en douce.

 

 

 

 

Ce ne sont en effet plus 400 points de vente, mais 350 qui accueilleront les Kobo, à partir de 99 €. Et à partir de la mi-octobre, toute la gamme renouvelée sera également commercialisée - Reader, Glo et Mini, de 129 à 79 €. 

 

Maurizio Costa, vice-président du groupe Mondadori souligne que dans un paysage en mouvement, et sans cesse en évolution, les appareils Kobo seront autant de précieux atouts pour diffuser les oeuvres de la société. « Le défi numérique est d'être en mesure d'atteindre nos clients par tous les canaux disponibles, du physique au net, en proposant nos oeuvres sur plusieurs plateformes. L'approche originale de Mondadori repose sur la mise en commun de nos ressources éditoriales, notre réseau de libraires et un ensemble de services en ligne. »

 

Kobo sera donc la solution numérique pour Mondadori, pour qui le taux de pénétration de la lecture numérique sera de 5 % chaque année, pour les deux années à venir - sans menacer évidemment le marché du livre papier. 

 

Mike Serbinis, patron de Kobo, rappelle, une fois n'est pas coutume, que les appareils de lecture numérique sont en pleine croissance en Europe, et malgré un enthousiasme encore limité pour les ebooks, les lecteurs italiens disposent désormais d'une excellente solution de lecture pour le découvrir. 

 

Mais petit bémol : car finalement, sur les 600 magasins de Mondadori, seuls 350 proposeront donc les appareils, avec une mise en place presque timide. Certes, l'Italie, comme d'autres pays latins, est encore loin du taux de pénétration de 25 %, comme en Angleterre. Le pays vient tout juste de dépasser les 200.000 exemplaires numériques vendus, durant l'année 2011, mais s'attend à réaliser un million de ventes sur 2012. Sauf que sur ce point logistique, pas de commentaires.

 

Costa s'emballe surtout sur les appareils, assurant que les Italiens pourront découvrir la tablette Kobo, pour profiter des magazines et des revues. Et ce, en profitant de la plateforme de vente développée par Kobo, pour le compte de Mondadori - et appuyé par une forte campagne publicitaire, à travers le pays. 

 

« Nous avons décidé d'investir, parce que nous croyons qu'à l'avenir, il existera un mélange entre papier et numérique. Dans les chiffres, le numérique réduit évidemment le chiffre d'affaires, mais les marges restent inchangées. En outre, nous allons diminuer un certain nombre de postes, dans la distribution et le stockage. Nous pensons que pour le futur, il sera important de développer une coopération frontale des éditeurs autour de l'ebook pour créer une plateforme commune », conclut-il. 

 

Avec un petit temps de retard...