Moon + Reader retirée de Google Play après une plainte d'un concurrent

Julien Helmlinger - 05.02.2013

Lecture numérique - Applications - Application - Piratage - Google Play


L'une des applications de lecture numérique les plus populaires disponibles pour Android, Moon + Reader, vient d'être retirée de la plateforme Google Play ce week-end suite à une plainte d'un concurrent. Le distributeur d'ebooks russe, LitRes.ru, a dénoncé le fait que l'application permettait de télécharger des livres depuis des sites Web, et y compris via des adresses qui hébergent des fichiers pirates. Seulement le protocole mis en cause ne serait pas un outil réservé aux fraudeurs, pas plus qu'un simple moteur de recherche...

 

 

 

 

Jusqu'ici l'application Moon + Reader était surtout réputée pour ses fonctionnalités de gestion de fichiers, ses options de mise en forme d'ebook, ou encore la prise en charge du téléchargement des livres numériques depuis un site Internet. Or, c'est cette dernière fonctionnalité qu'a pointée d'un doigt accusateur le distributeur russe, provoquant le retrait de l'app de Google Play.

 

En effet : Moon + Reader prend en charge le protocole RSS-like, OPDS, qui permet aux sites Web d'offrir des livres en téléchargement à ses usagers, et ce, directement depuis l'application de lecture. Une option qui est toutefois supportée par d'autres apps dédiées aux ebooks.

 

Le protocole, outre le téléchargement, permet par ailleurs de stocker des métadonnées importantes comme le titre, l'auteur, le format de fichier ou la description du contenu. Pour autant, il ne fut pas conçu comme un outil dévolu au piratage et sert des entreprises tout à fait légitimes comme Project Gutenberg, Baen Books, Internet Archive...

 

L'éditeur de Moon + Reader a donc déposé une contre-notification auprès de Google et attend désormais de voir si la version payante (5$ d'inscription) pourra de nouveau être mise à disposition des usagers de la plateforme. En attendant, la version gratuite reste accessible sur le site du développeur.

 

Reste à savoir si l'accusation de la firme russe est de bonne foi ou de mauvaise, car ce n'est pas la première. Une autre application en a fait les frais le mois dernier, Chitatel, qui avait été retirée d'iTunes suite à une plainte de LitRes avant que l'app ne soit finalement réintégrée...