Ne pas dire 'le partage aide la création' mais "le piratage tue'

Nicolas Gary - 09.10.2013

Lecture numérique - Législation - piratage - MPAA - internet


Il ne faut pas plaisanter avec la question du piratage : la MPAA, Motion Picture Association of America, association professionnelle qui défend les intérêts des studios de production hollywoodiens, n'apprécie pas que l'on dénigre son travail contre les contrefacteurs. Un article de la London School of Economics, paru la semaine passée a fait scandale, pour des conclusions contraires aux... intérêts de la MPAA.

 

 

 

 

L'article de Torrent Freak fait peur : si la MPAA a pris pour habitude d'attaquer toute publication prétendant, même du bout des lèvres, que le piratage n'est pas un véritable enjeu, elle laissait relativement la place à la liberté d'expression. Dans les conclusions de l'article, les chercheurs démontraient que le parage de fichiers aide plutôt les industries créatives, et appelaient le gouvernement à examiner des données plus objectives que celles des lobbyistes.

 

Selon la MPAA, les conclusions sont trompeuses, et les chercheurs peu éclairés. Disons plutôt qu'ils n'ont pas le sens commun que la MPAA réclame. L'intention des auteurs de l'étude n'est pas de décrédibiliser la MPAA, mais de déporter le débat vers de réelles questions. 

 

Le Dr Bart Cammaert, un des auteurs, s'explique : « Le principal problème est que le droit d'auteur et le débat sur le partage de fichiers est mené d'une manière très idéologique. En d'autres termes, l'industrie est elle-même coupable [...] », précise-t-il. 

 

Et de dénoncer les arguments très égocentrés, et les chiffres biaisés que les groupes de pression présentent. Leur étude vise avant tout à rééquilibrer le débat, et présenter des arguments qui soient objectifs dans ces affaires de piratage.

 

Un argument qui sera probablement entendu par la Team Alexandriz, l'équipe de pirates de livres qui en France fournissaient des ebooks gracieusement. Et qui, depuis plus d'un an, est tombée sous le coup d'une procédure judiciaire intentée par le SNE et six maisons d'édition française.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.