Neobook : “Le numérique n’est pas un rempart contre le livre papier, au contraire”

Lettres numériques - 04.10.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - édition diffusion ebooks - Neobook prestataire éditeur - livres numériques commercialisation


Lancé en 2012, Neobook comptait parmi ces différentes sociétés axées sur la numérisation et la diffusion d’ouvrages en format numérique. Plutôt orienté prestation, la structure n’en reste pas moins éditrice, revendiquant toujours l’absence de DRM. Louable...

 

 

 

Différentes solutions sont proposées aux auteurs qui souhaitent publier leur titre : auto-édition, édition à compte d’auteur, à compte d’éditeur. Il est parfois difficile de faire la différence et de choisir la solution la plus adaptée à ses besoins. Cette semaine, Lettres Numériques s’entretient avec Agnès Beauquel, cofondatrice de Neobook, une maison d’édition pure-player à compte d’éditeur.

 

Pouvez-vous nous présenter brièvement l’origine de Neobook ?

 

Il s’agit d’un projet de longue date. Nous y avions déjà pensé avec mon mari lorsque nous étions étudiants. À l’époque, l’édition numérique était encore à son commencement, mais on voyait déjà le potentiel. Nous avons lancé notre propre catalogue numérique avec Neobook il y a 4 ans en publiant des titres contemporains au début puis des ouvrages classiques gratuits.

 

Par la suite, nous nous sommes tournés vers les éditeurs en partant du constat suivant : certains d’entre eux n’osent pas se lancer dans le numérique à cause des coûts d’investissement. Ils possèdent un catalogue papier, mais la numérisation de ce dernier nécessite un réel budget et tous ne peuvent pas se le permettre. Nous avons décidé de proposer aux éditeurs une numérisation sans avance de frais puis des services de diffusion en commercialisant leurs ouvrages directement sur notre site.

 

Pourquoi avoir fait le choix du 100 % numérique au départ ?

 

Nous nous sommes lancés dans le numérique pour plusieurs raisons : ne plus gérer de stock et ne plus être confronté à la barrière des frontières. L’intérêt du numérique est de promouvoir des auteurs contemporains de talents au-delà des simples barrières du livre papier.

 

Même si nous sommes une maison d’édition numérique à la base, je suis toujours restée très attachée au papier. Nous avons donc décidé de nous lancer dans l’édition papier au mois de décembre avec la parution de deux titres pour commencer et voir comment le public réagit. Le public pense souvent qu’une maison d’édition numérique ne peut pas publier de livres papier et, inversement, si l’on fait du papier on ne peut pas proposer d’ebooks. Or les deux sont conciliables. Le numérique n’est pas un rempart contre le livre papier, au contraire, pouvoir jongler entre les deux représente un confort pour le lecteur. Et finalement il y aura toujours une place pour le papier et le numérique.

 

Vous vous présentez comme une maison d’édition pure-player à compte d’éditeur. Quels services proposez-vous aux auteurs ?

 

Pour les auteurs, il ne s’agit pas réellement de services puisqu’ils ne doivent pas payer. Nous leur proposons la publication de leur ouvrage au format EPUB exclusivement (pas de format MOBI), mais également les corrections sur le texte, la création d’une couverture personnalisée, la mise en page du titre, la promotion et la diffusion. L’objectif est de mettre en avant des auteurs contemporains. Concernant la rémunération, nous reversons 20 % de commission aux auteurs en numérique.

 

 

 

Concernant les services aux éditeurs, vous proposez entre autres la numérisation gratuite d’ouvrages régionaux ?

 

Tous les genres éditoriaux sont concernés, mais actuellement la plupart des éditeurs avec lesquels nous travaillons sont régionalistes. C’est le fruit du hasard, même si le régionalisme est un domaine qui émerge de plus en plus. Nous travaillons entre autres avec les Éditions Marivole, CPE éditions, Éditions Diabase ou encore Cairn éditions. Nous numérisons nous-mêmes les ouvrages en interne et par la suite je vais être amenée à recruter des stagiaires issus des formations de l’Esten Sup pour la numérisation justement.

 

Quels sont les projets à venir ?

 

Pour l’instant nous sommes éditeurs et diffuseurs, mais nous souhaitons lancer un site de promotion pour les livres numériques courant de l’année 2017. Il s’agira d’une sorte d’équivalent pour ebook au site Allociné. La plateforme proposera des teasers, des interviews d’auteurs, des articles de presse, des communiqués de presse, des informations sur les lieux pour dédicaces, etc.

 

À l’heure actuelle, il n’existe aucun endroit pour rassembler toutes les informations liées au livre numérique. Il y aura également des liens renvoyant vers la boutique Neobook et vers le site de l’éditeur. L’objectif est également de mettre en avant des auteurs moins connus, car c’est finalement toujours les mêmes qui sont promus sur les librairies en ligne.

 

 

 

Via Lettres numériques