Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Nook : Un client de messagerie et un navigateur pour les lecteurs ebook

Nicolas Gary - 20.05.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - Android - Nook - lecteurs ebook


Décidément, TechCrunch est très au fait des évolutions prévues chez Barnes & Noble. Après avoir diffusé un document présentant un possible rachat par Microsoft de l'écosystème Nook, pour un milliard de dollars, ce sont les mises à jour des lecteurs ebook, que le site dévoile. 

 

 

 

 

Et pas tout à fait n'importe quelle mise à jour : d'abord, elle concernera les appareils Nook type Simple Touch et Glowlight - donc exclusivement les lecteurs à base d'encre électronique. À compter du 1er juin, ces appareils disposeraient d'un navigateur web, ainsi que d'une application pour gérer ses comptes email. Une première pour la gamme Nook, et qui fait suite à l‘implémentation dans les tablettes Nook HD et HD+ de liens renforcés avec les services de Google.

 

Ainsi, des accès aux comptes Gmail, à YouTube ainsi qu'au navigateur Chrome, ou encore au Google Play et à Google Maps sont prévus pour la prochaine mise à jour. Ajouté aux excellents résultats récemment communiqués sur le marché britannique - suite à une baisse drastique de prix - le libraire américain redevient l'un des acteurs dont on parle. 

 

Alors, certes, l'environnement Nook repose sur un modèle Android légèrement modifié, et le passage à un firmware version 1.2.1 vers un modèle 1.5 apporterait une sensible modification, avec quelques fonctionnalités. Mais l'Android qui tourne sur toutes ces machines n'en demeure pas moins une version 2.1, passablement dépassée aujourd'hui. En somme, si le Nook fonctionne sur Eclair, Android est déjà passé à une version 4.1, baptisée Jelly Bean, et prépare activement Key Lime Pie, nom supposé de la version 5.0 du système d'exploitation. 

 

Bientôt Ha-Nook-a pour Microsoft ?

 

Évidemment, les lecteurs ebook ne nécessitent pas forcément que des mises à jour puissantes soient effectuées - en réalité, c'est avant tout au travers d'une baisse de prix que les lecteurs ebook actuels se démocratiseront auprès du grand public qui n'a pas encore investi dans ces appareils. Maintenant, que penser de l'intégration de services web dans les lecteurs ebook Nook ? 

 

Pas certain, tout d'abord, que cela permette de répondre à une demande réelle, ni même que cela la suscite. Et moins encore que l'on arrive, chez Barnes & Noble, à redresser la barre, quand un Amazon vient d'investir dans l'achat de Liquavista, société dont la technologie d'electrowetting est porteuse de multiples projets d'écrans couleur peu gourmands en énergie. Toutefois, seul le Kindle Fire, la tablette d'Amazon, dispose d'un client de messagerie - et pour les lecteurs ebook de la famille, le navigateur web n'est qu'expérimental - et toujours pas définitif depuis le temps. 

 

Pour un public qui a investi dans une machine destinée à lire, et lire uniquement, ces mises à jour logicielles ont plus un côté gadget. 

 

En parallèle, notons ces analyses de financiers, présentées par ComputerWorld, pour qui Microsoft, qui a injecté 300 millions $ dans la société Nook Media LLC, n'a toujours pas récupéré le moindre cent de son investissement. En avril 2012, la joint-venture crée entre les deux sociétés devait porter le Nook au pinacle : Microsoft empochait 17,6 % de parts, et en avant la musique - ou plutôt, l'ebook. 

 

Carolina Milanesi, analyste chez Gartner, considère que Microsoft « n'a rien obtenu pour l'instant ». Mais ses collègues envisagent que le futur dévoilerait des tablettes Windows moins onéreuses, et plus adaptées à la lecture numérique que ne le sont les actuels produits. Ce serait alors là le grand atout de Barnes & Noble : son domaine Recherche & Développement. « C'était plus un investissement dans une organisation », note ainsi Dob O'Donnell, analyste chez IDC. 

 

Donc un pari sur demain.