Norvège : les alternatives légales feraient baisser le piratage

Julien Helmlinger - 17.07.2013

Lecture numérique - Usages - Norvège - Piratage - Biens culturels


Au pays des Vikings, après des années de lobbying de l'industrie du divertissement pour lutter contre les fraudeurs, une nouvelle tendance se profilerait désormais à l'horizon. Tandis que les lois du pays viennent d'être durcies, à renforts d'amendes et de blocages de sites internet, les chiffres du piratage révélés par Ipsos afficheraient un effondrement significatif entre 2008 et 2012. 

 

 

 

 

Depuis le début de ce mois de juillet, la loi norvégienne permet la poursuite des individus s'adonnant au partage illicite d'oeuvres protégées. Les fournisseurs d'accès à internet sont par ailleurs conviés à bloquer l'accès aux sites pirates, mesure qui pourrait cibler en particulier la pratique du torrent.

 

Le graphique ci-dessus ne renseigne pas le nombre de téléchargements illicites de livres numériques. Mais sur la période allant de 2008 à 2012, il indique une baisse estimée à 17,5% des copies illégales d'oeuvres musicales, tandis que le piratage de films et émissions de télévision aurait presque chuté de moitié rien que l'an passé.

 

Comme la nouvelle législation ne vient d'être adoptée qu'à dater du 1er juillet, elle ne peut être considérée comme la cause de cette diminution. Selon l'ancien professeur de droit de l'université d'Oslo, Olav Torvund, ce serait possiblement la disponibilité d'une offre légale tarifée à prix abordable et facile à télécharger qui réduirait le mieux l'intérêt de la fraude.

 

Dans le cadre de la musique et des contenus vidéos, ce sont notamment les services de streaming qui auraient le vent en poupe.  Ainsi, 47 % des sondés font part de leur consommation musicale en streaming, la moitié d'entre eux investissant d'ailleurs leurs deniers pour un abonnement Premium.

 

Et si finalement le développement de l'offre de livres en streaming se révélait plus pragmatique en matière de lutte antipiratage que les DRM et autres poursuites judiciaires ?

 

(Via TorrentFreak)