ReLIRE : Brigitte Lahaie, star du X et égérie du ministère de la Culture

Nicolas Gary - 20.11.2013

Lecture numérique - Usages - Brigitte Lahaie - star du X - registre ReLIRE


Sur des dizaines de milliers d'auteurs, il aura fallu que Résidence Mixte, société de communication en charge du registre ReLIRE utilise donc le livre de Brigitte Lahaie, Le sexe défendu. Dans le cadre du projet de numérisation des oeuvres du XXe siècle sous droit, mais commercialement indisponibles, soutenu par le ministère de la Culture, la célèbre actrice de films pour adultes est donc devenue l'égérie inattendue.

 

 

Le Sexe défendu, selon ReLIRE

 

 

Dans cet ouvrage publié en 1996 aux éditions Michel Lafon, l'actrice défend l'idée d'une sexualité épanouie, tout en invitant à dépasser les complexes et autres blocages que l'on peut ressentir. En somme, une invitation à déculpabiliser sa sexualité. 

 

Brigitte Lucille Jeanine Van Meerhaegue, alias Brigitte Lahaie compte bien parmi les auteurs dont l'oeuvre, encore sous droit, est recensée dans la liste des titres susceptibles d'être numérisés, dans le cadre du projet ReLIRE. Les deux éditions du texte, chez Michel Lafon et au Livre de Poche ont été retenues après l'établissement de la liste finale, en septembre dernier. 

 

Ce qui est fameux, c'est que l'on se souvient tout de même plus de cette femme comme l'une des premières stars du cinéma pornographique des années 70. Ayant débuté sa carrière en posant nue pour des magazines, elle entrera dans l'industrie du X en 1976, âgée de 21 ans. À son actif, une trentaine de films réalisés - en dehors des productions simplement érotiques. Aujourd'hui, elle officie à la radio, sur RMC, et compte parmi les rares actrices du X à avoir réussi sa reconversion. 

 

Son entrée dans le monde du livre, elle l'opérera avec une autobiographie, Moi, la scandaleuse, qui lui vaudra une invitation dans l'émission Apostrophes, présentée par Bernard Pivot, le 27 mars 1987. Elle écrira également d'autres ouvrages, romances et essais, toujours en trait avec la sexualité. (sa biographie sur Wikipedia)

 

Voilà donc qu'une nouvelle carrière se présente à elle : la valorisation du projet dit patrimonial, la numérisation des oeuvres indisponibles du XXe siècle. La société de communication, avec manifestement le consentement du ministère de la Culture, du Syndicat des éditeurs, de la Sofia et des différents signataires de l'accord cadre qui a donné lieu à la loi de mars 2012, a choisi de prendre pour illustration des bienfaits de ReLIRE, le titre Le sexe défendu. La mise en situation est exceptionnelle : 

 

Pour son petit Noël, votre vieille tante vous a réclamé « Le sexe défendu : les chemins du mieux aimer » de l'ineffable Brigitte Lahaie. Vous avez beau avoir écumé les moindres recoins de Saint-Germain-des-Prés, rien n'y fait : le précieux opuscule est INTROUVABLE.

De fait, « Le sexe défendu », tant convoité par votre vieille tante libertine, fait partie des livres du XXème siècle dits « indisponibles », inscrits sur le « Registre des livres indisponibles en réédition électronique » (ReLIRE), une base de données publique et accessible en ligne créée et gérée par la Bibliothèque nationale de France (BNF). Indisponibles en format papier, ils seront numérisés et pourront être de nouveau commercialisés sous forme électronique.

 

 

Les clients de la société - en l'occurrence le ministère de la Culture et la BnF - voulaient donc que l'on trouve une approche sexy pour expliquer ReLIRE, et communiquer efficacement, « le plus largement possible, et de la manière la plus simple, pour informer les auteurs et les éditeurs de leurs droits ». 

 

Pour illustrer le projet, la société a donc réalisé un film d'animation

 

 

Registre des Livres Indisponibles en Réédition Électronique from Résidence mixte on Vimeo.

 

 

Et d'ajouter, en guise d'exégèse : 

 

Quelques pictogrammes, un symbole par ci, un autre par là, le dispositif législatif est déconstruit, schématisé et devient d'une simplicité presque biblique. Un film d'animation emmené par une petite musique légère, qui ne manque pas d'humour et qui est surtout très didactique.

 

 

Indubitablement, l'approche didactique est là, mais n'enlève rien aux enjeux de cette numérisation très largement critiquée, notamment dans les formalités à remplir pour demander le retrait de ses oeuvres. Michèle Kahn, ancienne vice-présidente de la SCAM, faisait part à ActuaLitté d'« un sentiment étrange. Comme s'ils s'étaient emparés de mon livre. C'est une atteinte au droit moral. Les formalités que vous devez remplir pour prouver que vous êtes l'auteur de vos livres - mais oui ! - sont très lourdes, et humiliantes ».

 

Nous avons sollicité l'actrice, pour lui demander si elle était informée de cette procédure de numérisation à venir - et dans quelle mesure elle ne souhaiterait pas exploiter par elle-même la version numérique de l'ouvrage, en refusant donc sa présence dans la liste. Or, les difficultés qui se poseront à elle, puisque la première période de six mois, depuis le 21 mars et la présentation officielle de la liste des quelque 60.000 livres retenus, seront multiples. En effet, les livres retenus sont entrés en gestion collective le 21 septembre dernier, et le parcours du combattant démarre pour qui souhaiterait maintenant en retirer ses livres. L'éditeur a également été contacté, pour déterminer s'il ne disposait pas des droits numériques sur ce titre, mais notre interlocutrice nous a assuré « ne pas avoir la moindre idée » du sujet que nous évoquions, le fameux registre à la publicité tellement efficace...

 

Surtout qu'en cherchant un peu mieux sur la toile, il est possible de trouver que le livre, Le Sexe défendu, semble disponible en version neuve, sur la plateforme de la librairie Renaud-Bray. Peut-on réellement parler d'indisponibilité de l'oeuvre, à compter du moment où un libraire, même québécois, semble offrir la possibilité d'un achat qui n'est pas un exemplaire d'occasion ?

 

Il ne reste probablement que l'humour pour s'en sortir, probablement ce même type d'humour qui consiste à évoquer le livre de Brigitte Lahaie pour convaincre du bienfondé de ce projet patrimonial de numérisation.

 

 

 

 

Mise à jour 26/11 :

La société de communication Résidence Mixte a tenu à souligner que la présentation que l'on pouvait découvrir sur son site n'était qu'un « texte humoristique », uniquement destiné à présenter son travail. « Le texte n'a pas été présenté au ministère de la Culture, et ce dernier ne l'a pas validé », nous précise la société. Une confusion des genres qui a dérangé auteurs et internautes sensibilisés au projet ReLIRE. « Nous n'avons réalisé que la vidéo et les dessins pour faire comprendre le projet », poursuit la société.

 

Manifestement, le service Livre et Lecture du ministère n'aurait pas savouré l'humour...