Numérisation : l'Europe veut cadrer les partenariats public/privé

Clément Solym - 29.11.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - numérisation - patrimoine - europe


Les ministres de la Culture européens se sont réunis vendredi à Bruxelles pour discuter de la numérisation du patrimoine européen.

Il était notamment question d'envisager dans quel cadre l'Europe pourrait se doter d'une législation en matière de numérisation et de droit d'auteur pour éviter d'accorder un monopole de la numérisation aux géants d'internet comme Google.

Viviane Reding, commissaire européenne pour les nouvelles technologies a souligné : « Si nous n'y prenons pas garde, les normes pour la numérisation seront américaines » et d'affirmer que cela serait « une catastrophe culturelle ».


Si la numérisation est essentielle c'est aussi une tâche d'une ampleur considérable, c'est pourquoi l'Europe envisage de travailler avec des sociétés privées. Pour autant Monika Smolen (de Pologne) indique qu'il faut faire « attention à ne pas créer de monopole ».

Viviane Reding a surenchéri en expliquant que la numérisation « ne peut pas être laissée au seul secteur privé. Sinon des géants comme Microsoft et Google vont chercher ce qu'il leur faut dans nos bibliothèques, et les auteurs n'auront rien ».

Devant ces questionnements Frédéric Mitterrand a proposé de créer un « comité des sages » pour fixer le mode de fonctionnement des partenariats public/privé européen en matière de numérisation, indique l'AFP.

Ce comité plancherait sur la question « pendant les deux ou trois premiers mois de 2010 » pour « développer une doctrine commune et lisible sur les conditions du partenariat public/privé». Celle-ci devrait être prête pour la fin de l'hiver envisage Mitterrand.

De nombreux pays européens ont soutenu cette proposition dont l'Espagne, qui sera à la présidence de l'UE en 2010. Elle a assuré qu'elle mettrait ce comité en place à sa prise de fonction.