Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

O’Reilly privilégie l'abonnement Safari aux ventes d'ebooks à l'unité – presque

Clément Solym - 06.07.2017

Lecture numérique - Acteurs numériques - O’Reilly ebooks vente - livres numériques abonnement - usages apprentissage ebooks


Les dirigeants qui redoutaient que les offres d’abonnement n’aient une incidence sur les ventes unitaires vont bicher. L’éditeur O’Reilly vient d’annoncer qu’il coupait son service de vente d’ebooks à l’unité. Désormais, les consommateurs se verront directement proposer un abonnement à Safari, le canal privilégié.



 

 

Éditeur de contenus liés aux technologies, O’Reilly dispose d’une bibliothèque de 40.000 titres, vidéos et autres contenus Science Technique et Médical sur Safari. La présidente d’O’REilly Media, Laura Baldwin, a heureusement apporté quelques précisions sur ce changement de stratégie.

 

« Il est évident que nous sommes en train de changer de fonctionnement dans la manière dont les gens utilisent les contenus. Les services d’abonnement comme Spotify et Netflix sont la nouvelle norme, car les gens optent pour un paiement à l’accès numérique, plutôt que l’achat unitaire d’objets physiques. »

 

La demande croissante autour de Safari porte donc l’éditeur à modifier son approche. Désormais, le client qui cherche à faire un achat via shop.reilly.com pour se procurer un ebook sera redirigé vers le service d’abonnement. 

 

Selon les informations communiquées, la croissance des abonnés sur Safari dépasse de loin les ventes unitaires réalisées. 

 

Depuis son lancement en 2001, Safari Books Online – précurseur en matière d’abonnement – a séduit avec des offres à destination des particuliers comme des entreprises. Son service est disponible pour des prestations mensuelles ou annuelles. Il compterait à cette date plus d’un million d’utilisateurs.

 

Cela dit, ce revirement n’entraînera aucun changement dans les activités de distribution numérique que O’Reilly Digital Distribution peut prodiguer – avec 250 éditeurs à son catalogue. 

 

La nouvelle est arrivée en même temps, ou presque, que l’annonce de la fermeture de JellyBooks, service de découverte de livres numériques. La société préfère se concentrer sur ses outils d’analyse des comportements de lecteurs avec Reader Analytics. Lancé voilà 5 ans, l’objectif de l’entreprise était de prodiguer des recommandations suivant les intérêts et attentes des lecteurs.

 

Un PDF de secours...
 

Sauf que, pour O’Reilly, la nouvelle a été perçue chez les utilisateurs comme un coup de poignard. Cette mauvaise communication a en effet provoqué la colère des clients et contraint la firme à revoir son positionnement. « La tendance à laquelle je me réfère est que les livres ne sont plus l’outil principal d’apprentissage pour les gens », reprend l’éditeur sur son blog.

 

Et c’est pour suivre cette tendance que l’abonnement est désormais privilégié. Mais pour ne pas frustrer excessivement les lecteurs, O’Reilly travaillera sur une offre de téléchargement en format PDF des ebooks, de sorte qu’il soit possible de reprendre la lecture en mode hors ligne. « Et nous cherchons des moyens pour que les revendeurs puissent soutenir les ventes unitaires de PDF », précise-t-on. 

 

Pas terrible comme raccrochage aux branches. Mais c’est toujours mieux que rien ?